in ,

La mosquée de Montauban profanée, deux têtes de cochon posées à l’entrée

Le vandalisme sauvage et foncièrement islamophobe ne connaît pas de trêve, et a même profité de celle, sacrée, du Ramadan, pour commettre l’une de ses pires profanations  dans la ville de Montauban, plongeant la communauté musulmane locale dans la consternation.

Deux têtes de cochon ont été déposées mercredi, à la lueur de l’aube, sur le portail de la mosquée, peu avant la première  prière.  Durant ce mois unique de recueillement, les fidèles ont été confrontés à une vision d’effroi,  accentuée par la découverte d’une mare de sang qui a été déversée sur le sol, comme jetée au seau, et laissant une trace impressionnante, presque indélébile.

Cette nouvelle provocation insoutenable vient compléter la longue liste des agressions anti-musulmans, aux relents nationalistes et fascisants, qui tentent de faire régner la terreur dans nos villes et nos villages.

C’est le premier acte du genre dans le Tarn-et-Garonne, selon Abdallah Zekri, président de l’Observatoire de l’Islamophobie«Pendant le mois sacré du ramadan, c’est inqualifiable, c’est de la provocation raciste», a vivement déploré ce dernier.

L’émoi est immense dans la cité de Montauban, où rien ne laissait présager une offensive de cette nature, la communauté musulmane, qui y est installée depuis longtemps, étant de surcroît «très bien intégrée dans la vie locale», comme l’a précisé le préfet Fabien Sudry.  Montauban restera à jamais gravé dans les mémoires comme la ville où sévit «le tueur au scooter» en mars dernier, assassinant  deux parachutistes, mais rares sont ceux qui établissent un lien direct avec cette énième agression  raciste.

 «C’est indigne… S’attaquer à la religion… Je ne sais pas ce qui se passe, les gens perdent la tête, surtout pendant le ramadan, alors qu’on prône le dialogue entre les religions», s’est indigné  l’imam de la mosquée Hajii Mohamed, président régional du Rassemblement des musulmans de France, alors qu’une nouvelle enquête a été diligentée pour démasquer ceux qui restent désespérément dans l’ombre de leurs sinistres forfaits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revirement dans l’affaire des quatre animateurs de colos suspendus

Le tourisme “halal” en plein boom