in

La “mode musulmane” : un jackpot de 230 milliards de dollars

Après le marché mondiale de la viande Halal estimée à 450 milliards d’euros en 2015, le secteur de la mode musulmane connaît également une forte croissance et pèse déjà 230 milliards de dollars. Le quotidien suisse Le Temps a traduit une étude du site Al Jazeera qui révèle que «Les consommatrices musulmanes dépensent environ 230 milliards de dollars pour leurs vêtements, soit plus que les marchés britannique, allemand et indien combinés», selon le Rapport sur l’état de l’économie islamique.

Tout cet argent ne part évidemment pas dans la mode musulmane. Mais plusieurs indicateurs montrent que la tendance est bien enclenchée, écrit Al Jazeera: pour 88% des habitants des pays islamiques, la religion est importante (le chiffre est de 33% en Europe et de 50% aux Etats-Unis); l’âge moyen dans les pays musulmans est de 30 ans en Europe (44 ans aux Etats-Unis et en Europe), ce qui signifie que le pouvoir d’achat va encore s’élever; ces pays sont de plus en plus riches; enfin, le monde devrait être peuplé de 29% de musulmans en 2030.

Cette montée en puissance de la mode musulmane ne passe pas inaperçue. On se souvient l’émoi provoqué par le clip publicitaire «Close the loop» de la chaine suédoise H&M en septembre 2015, qui montrait quelques secondes la mannequin Mariah Idrissi coiféée d’un hidjab. La normalisation en tout cas est visible notamment sur Instagram ou Pinterest, où s’expose une mode musulmane colorée et vibrante, comme sur TheHijabStylist, HijabStyle et HidjabStyle. Autant de façons d’accompagner les nouveaux modes de vie des musulmanes qui de plus en plus sortent de chez elles, conduisent, travaillent, bref existent dans la sphère publique note Le Temps. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etats-Unis : la vidéo de l’agression verbale subie par une cliente musulmane d’un supermarché soulève l’indignation

Le boulanger de renom, Sami Bouattour, sur le point d’être nommé boulanger officiel de l’ère Macron