in

La liste « Islam » met en émoi la Belgique

Engluée dans une crise politique nationale sans précédent, la Belgique a tout juste réussi à s’extirper de cette impasse en formant un gouvernement de coalition, qu’elle est de nouveau en butte à un épineux problème de politique locale, source de vives tensions dans les communes de Molenbeek et d’Anderlecht, qui dépassent la simple querelle de clocher.

C’est la liste « Islam » et sa première percée aux élections communales, où elle vient de conquérir deux sièges, qui donnent des sueurs froides aux administrés, d’autant plus que la posture de l’un des deux heureux élus, qui s’est brusquement radicalisée, n’a pas été de nature à rassurer dans les chaumières.

Se réjouissant de leur premier grand succès, les deux nouveaux conseillers communaux, le premier, Redouane Ahrough, siégeant à Anderlecht, et le second, Lhoucine Aït Jeddig à Molenbeek, avaient entamé leur conférence de presse sous les meilleurs auspices, déclarant que leur élection constituait une nouvelle étape de l’émancipation de la communauté musulmane en Belgique, tout en s’accordant à dire que "l’islam est compatible avec les lois du peuple belge".

Jusque là aucune fausse note retentissante, mais c'était sans compter l'aveu révélateur de Redouane Ahrough qui a provoqué une véritable secousse sismique dans le plat pays de Brel. "Pour moi l'idéal serait un état de justice fondé sur la loi islamique", a lancé ce dernier, dans un excès de confiance ou d’inconscience, amorçant ainsi un virage à 180 degrés par rapport à son discours de campagne, respectueux des lois démocratiques en vigueur.

Le mot «Sharia» était dans tous les esprits, déclenchant une levée de boucliers qui s’est traduite par la mise en place d’une pétition sur le Net exigeant la suppression de la liste «Islam». 28 000 signataires ont immédiatement répondu à cet appel, une mobilisation massive qui témoigne de l’émotion suscitée, de nombreux belges musulmans désavouant, eux aussi, ce mouvement.

L’exécutif musulman a d’ailleurs pris ses distances avec ce groupuscule : "Il est inimaginable que la majorité des musulmans puisse concevoir que la Belgique devienne un état musulman. En outre, le concept de Sharia fait référence à des pays dictatoriaux", a insisté la vice-présidente de l'organisation. 

Pour couronner le tout, les instigateurs de cette pétition ne sont autres que des membres du Front national, ou comment fuir un extrémisme pour se jeter dans la gueule du loup d’un autre, tout aussi nuisible… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Barack Obama réélu président des Etats-Unis

Un Parisien s’apprête à ouvrir une mosquée destinée aux homosexuels