in

La France contre le voile : un cauchemar « Légitime »

Une tribune inspirée de l’actualité*

2022…. quelque part en France…, quelque part dans une bourgade tenue secrète… les enfants s’affairent à dissimuler la « Chose », code secret « Ghost » : il faut faire vite, ils arrivent… il faut trois minutes pour le faire, et deux pour se donner l’air normal ; ordonner au cœur de cesser de battre si fort ; et reprendre une vie normale… ils sont là !!! Le tapis a repris sa place sur le mur du salon, un Ispahan en soie, payé si cher mais c’est le prix à payer pour acheter sa tranquillité… Ils n’ont rien remarqué pour l’instant.

Mes pensées vagabondes me prennent loin, à la quête d’une réponse. Je n’ai pu brider l’envie de faire « un pas sur le côté »**, un saut vers une France parallèle, une France méconnaissable, une France presque méconnue.

Mon pas sur le côté m’a fait atterrir, rue Vaugirard, le 29 novembre … France… Paris….Le Sénat, l’année n’apparaissant pas sur mon voyant spatio-temporel. Emue de me retrouver dans l’enceinte sacrée des lois françaises, j’écoutais le débat des membres aux côtés des visiteurs. M. Sueur, président. – Comme convenu, nous passons au rapport de M. Richard sur la proposition de loi n° 56 rectifiée, de Mme Laborde, visant à étendre l’obligation de neutralité aux structures privées en charge de la petite enfance et à assurer le respect du principe de laïcité.***

M. Richard, rapporteur.Vous avez sans doute suivi le déroulement judiciaire de l’affaire dite « Baby Loup », dont une salariée tenait à conserver une tenue très identifiée. Son licenciement a été jugé licite par le conseil de prud’hommes, puis par la cour d’appel de Versailles. A partir de cet épisode(…).Mme Laborde a souhaité clarifier les principes applicables, et a déposé le 25 octobre dernier une proposition de loi pour étendre l’obligation de neutralité religieuse aux organismes privés accueillant des enfants ainsi qu’aux assistants maternels individuels accueillant de petits enfants à leur domicile.***

Mme Benbassa : (…) mais une énième loi sur le voile est-elle utile ? Ce sont toujours les mêmes populations qui sont prises pour cibles. Le caractère propre concerne les établissements catholiques et religieux juifs. Est-ce bien nécessaire, en cette période ? La seule cible reste les musulmans qui n’ont pas leurs propres écoles. ***

M. Gorce  : Nous avons de plus en plus des états d’âme, qui se traduisent par des réformes visant à contenir d’abord l’expression d’une forme de religion à laquelle notre civilisation est moins habituée. Des questions qui auraient pu être posées autrement il y a quelques années le sont aujourd’hui, dès lors qu’elles concernent la place de l’islam dans notre société(…)On a commencé par interdire, à travers le port du voile, l’expression religieuse dans la rue, puis dans les lieux de travail, et voici que l’on continue dans les domiciles(…)Même si je suis prêt à me rallier à ce texte, il y a là une dérive.***

Le voyant spatiotemporel commence à s’agiter, il indique un impératif pour un pas sur le côté : 2022…France, même lieu. Ils sont partis… vite descendons le tapis et faisons l’appel à la Prière… code Ghost marche à la perfection….

Mais je n’arrêtais pas de songer à ces sénateurs, et j’ai compris que la peur est contagieuse, qu’elle est cause et conséquence ; qu’elle est fructueuse ; elle est semence et fruit ; elle est exponentielle puisqu’ il ne suffit pas d’activer des modalités de défense pour s’en protéger ou s’en immuniser.

Cette peur persistante et intense a un caractère irraisonné, elle est déclenchée par la présence ou l’anticipation de la confrontation à un objet ou une situation spécifique ; et qui y a-t-il de plus spécifique que l’Islam en France. Et qu’en est-il des Français ? Ils sont unis pour une nation mais dos à dos et injoignables, comme deux côtés d’une feuille qui ne se regardent même pas.

Le voyant s’active de nouveau, il affiche http://www.senat.fr/rap/l11-144/l11-1447.html,

De retour, M.Gorce n’a pas encore fini son intervention : « Mais y assimiler les crèches, les assistantes maternelles, les haltes-garderies, les centres de loisirs, non pour lutter contre le prosélytisme, ce que je comprends parfaitement, mais contre le port de vêtements considérés par eux-mêmes comme des manifestations religieuses, traduit davantage une angoisse devant une forme religieuse à laquelle nous sommes mal préparés que la défense des principes auxquels nous sommes attachés. »***

Un moment de lucidité où j’ai retenu mon souffle, car ceci pourrait changer le futur : le débat est quelque peu équilibré… L’histoire écrit, comme les registres la voix de la conscience, la voix de la raison et celle de l’insouciance. En définitif, l’Histoire n’oublie pas ses Justes.

Mais cette étincelle d’espoir a vite été éteinte, balancée entre pour et contre

M. Béchu. Le vrai problème porte non sur les articles 1 et 2 proposés par le rapporteur qui sont parfaits, mais sur la disposition initiale de la proposition de Mme Laborde, selon laquelle l’agrément sera refusé à qui ne respecte pas le principe de neutralité. (…) Dans l’affaire « Baby Loup », au départ, la personne en question ne portait pas la tenue vestimentaire qui lui a ensuite été reprochée. Que se passe-t-il si le service compétent donne l’agrément et qu’ensuite la personne modifie sa vie ? Il n’y a pas de visite de contrôle…***

Mme Borvo Cohen-Seat. Mon groupe n’est pas partisan d’une législation en la matière, parce que de tels textes apparaissent toujours dans une certaine conjoncture, sont d’application imprécise et visent toujours les mêmes populations. Qui s’insurge contre le fait que certains professeurs portent une croix autour du cou ? (…) Interdit-on les bénédicités à table ? ***

Ma désillusion est grande, la sentence est tombée

M. Mézard.Merci au rapporteur, qui a cherché une formule cohérente. (…) Pour nous, il est nécessaire d’affirmer des principes. La question des assistantes maternelles ne se posait pas en 1905 Il ne s’agit pas de stigmatiser une religion, (…) Or la jurisprudence ne saurait se substituer à la loi.***

Lassée, et ne pouvant continuer jusqu’au bout des travaux de la commission, j’ai quitté l’enceinte. Mes explications, je les ai eues ! Ereintée, mais ne pouvant changer le cours du présent, ni du futur, des questions m’appellent en duel … Mais qui aurait pu le faire ? Quelles circonstances auraient été favorables pour changer la donne ! Quelles positions courageuses soutenues par nos responsables politiques, religieux de l’époque auraient pu faire la différence ? Quels pourparlers sérieux et empreints de sagesse nos intellectuels et défenseurs des droits avaient-ils manqué ? Et enfin quelle relation aurais-je pu avoir avec ma voisine de palier et que j’ai ratée lamentablement ?

Plusieurs questionnements dont je ne détiens seule les réponses, se bousculent dans ma tête : Avions-nous les clés du changement ? Avions-nous les outils nécessaires pour nous attaquer aux sédiments de nos phobies croisées, aux causes de l’histoire sulfureuse entre citoyenneté, Islam et laïcité. Avions-nous enfin raté quelque chose ! Certainement oui !!! Il reste la Résistance et la Survie.

France 2022, Ramadan 1453 ; quelque part en France…, quelque part dans une bourgade tenue secrète… les enfants s’affairent de nouveau. Le Code Ghost est activé, ils arrivent… Il faut sortir les restes du réfrigérateur … Pour les cannettes ouvertes, renverser la moitié, et les tables doivent porter les traces d’un passage gastronomique… chacun prend son poste…

Triste événement ; France 2022, Promulgation d’une loi.

Loi pour la protection de l’enfance, en matière de religion : la liberté de conscience des enfants de six ans à leur majorité.

Article 1er : Dans la sphère privée, les parents doivent respecter la neutralité dans leurs propos, enseignements et pratiques religieuses (prières familiales collectives, jeûne du ramadan…)

Article 2 : constitution d’une commission de protection de l’enfance qui rend des visites inopinées aux familles ayant une pratique identifiée pour s’assurer du respect de la loi.

La sonnerie intempestive du réveil sonne à tue-tête. Le voyant affiche 6 heures du matin. Le réveil était difficile, mais quelle était ma joie de m’échapper enfin du cauchemar « légitime » de la veille.

Notes :

*Réunie le mardi 29 novembre 2011 sous la présidence de M. Jean-Pierre Sueur, président, la commission des lois a examiné le rapport de M. Alain Richard et établi son texte sur la proposition de loi n° 56 rectifiée (2011-2012) de Mme Françoise Laborde et des membres du groupe RDSE.

Ce texte, déposé au Sénat le 25 octobre 2011, s’inscrit dans le contexte de l’affaire de la crèche associative « Baby Loup » : une salariée y a été licenciée en 2008 après avoir refusé d’ôter son voile sur son lieu de travail. Le conseil de prud’hommes de Mantes-la-Jolie a, le 13 décembre 2010, débouté la salariée qui contestait son licenciement, décision confirmée en appel le 27 octobre dernier.

La proposition entend s’appuyer sur cette jurisprudence pour étendre l’obligation de neutralité religieuse au personnel des structures privées d’accueil d’enfants de moins de six ans (crèches, centres de vacances et de loisirs…) ainsi qu’aux assistants maternels.

**Pierre Bottero dans le Monde d’Ewilan : un saut en dehors du cadre spatio-temporel

***extraits des discussions de la commission des lois http://www.senat.fr/rap/l11-144/l11-1447.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Âgé de 60 ans, un musulman prie sur une seule jambe et sans appui ! (vidéo)

François Asselineau brise le mythe de la menace terroriste islamiste