in

La décision radicale d’un médecin bruxellois : “Je refuse les patients barbus et les voilées”

Dans une Europe qui se proclame en « guerre » contre le terrorisme islamiste, Stéphane Résimont, un médecin belge de 54 ans sensible au chant de sirène nationaliste, n’est pas disposé à fumer le calumet de la paix avec ses patients de confession musulmane, notamment les plus visibles d’entre eux, menant sa croisade toute personnelle, et très peu déontologique, dans l’enceinte de son cabinet.

Malheur à ceux qui oseraient frapper à sa porte pour se faire soigner, quand bien même y aurait-il urgence, car désormais, depuis les événements récents de Verviers et les attentats qui y ont été déjoués, les femmes voilées et les hommes portant la barbe se heurteront à une véritable citadelle impénétrable, où même le serment d’Hippocrate n’a plus droit de cité !

Ce spécialiste ORL, installé à Bruxelles, et ancien candidat du parti populaire PP, connu pour ses thèses anti-islam fièrement assumées, n’a manifestement cure de manquer à tous ses devoirs et de défrayer la chronique médicale, l’essentiel étant de bouter, dès maintenant, hors de son cabinet, et demain peut-être, hors de Belgique, toutes "ces patientes voilées accompagnées de leurs maris barbus" qui décuplent sa haine de l’islam.

C’est sur sa page Facebook que le praticien, qui fit les gros titres des journaux en 2011 pour avoir été inculpé de l’assassinat de son bébé handicapé, avant d’être blanchi en 2014, a annoncé sa décision radicale et irrévocable : "J’ai pris deux décisions. 1. Couple barbu-voilée en consultation : désolé, trop dangereux, je refuse. Ce n’est pas du racisme, mais une question de sécurité, de survie. 2. Je quitte l’Europe progressivement pour m’installer sous d’autres cieux. C’est IRRÉVERSIBLEMENT pourri ici". 

Contacté par le site LaCapitale.be, celui-ci s’est justifié en invoquant une "peur" incontrôlable : "Quand un homme barbu vient en consultation, je ne suis plus à l’aise. Cette semaine, j’ai reçu une fille voilée de 16 ans accompagnée de son père barbu. Et j’ai eu peur. J’ai ressenti de l’aversion et une crainte réelle. C’est un sentiment humain, licite."

Stéphane Résimont, l'ORL qui manie le scalpel et ne renie rien de son engagement politique, est bien plus crédible dans le rôle du farouche partisan du nationalisme revanchard, imposant, l’an dernier, à sa clientèle qui s'en souvient encore, la vue de tracts islamophobes très anxiogènes, que dans la peau du citoyen belge ordinaire, habité par la seule angoisse de l’avenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Qatar soupçonné de financer le terrorisme (vidéo)

Charlie Hebdo: Dans un collège privé musulman, le choc est immense (vidéo)