in

La cour d’appel de Paris refuse d’extrader Mourad Dhina vers Alger

C’est indéniablement la bonne nouvelle du jour : le bout du tunnel se profile enfin à l’horizon pour l’opposant algérien Mourad Dhina, et laisse filtrer la lumière de sa remise en liberté immédiate dans la prison de la Santé où il croupissait depuis le 16 janvier dernier, après que la cour d’appel de Paris se soit opposée à la demande d’extradition formulée par l’Algérie.

Son avocat Me Antoine Comte a salué cette décision qui met un terme à la détention injuste d’une personnalité d’exception, dont la brillante carrière scientifique s’est brisée sur le récif de la décennie noire en Algérie, et qui a choisi d’entrer en résistance non-violente, en fondant le mouvement Rachad qui milite pour une meilleure gouvernance de l'autre côté de la rive méditerranéenne.

"C'est une décision logique, étant donné que les autorités algériennes n'ont pas produit d'éléments sur la nature, le fondement et les dates des faits reprochés", a déclaré Me Antoine Comte, avant d'enfoncer le clou : "M. Dhina est l'objet d'un acharnement des autorités algériennes, qui avaient déjà demandé à plusieurs reprises son extradition à la Suisse, toutes refusées", a-t-il ajouté. "Mourad Dhina est l'un des rares opposants qui pose la question de la responsabilité politique et judiciaire des gens qui ont créé la guerre civile dans le pays""Ceci explique l'attitude des autorités algériennes", a estimé Me Comte, pour qui "il y a une volonté des autorités algériennes de le faire taire".

Plus d’une dizaine d’ONG, oeuvrant à la défense des droits de l’Homme, dont Mourad Dhina est un fervent militant, s’étaient immédiatement mobilisées pour exhorter la France à ne pas renier ses valeurs en cédant devant les pressions d’Alger. Leur dernière manifestation dénonçait "la dictature militaire et la corruption du régime d'Alger", devant l’Ambassade d’Algérie à Paris.

Nous vous proposons de voir ou revoir l'interview de Me Antoine Comte, l'avocat de Mourad Dhina, donnée le 21 mars, à l'issue de l'audience devant la Cour d'appel de Paris, au cours de laquelle sa demande d'extradition avait été examinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un célèbre hadith s’affiche dans le métro en Allemagne

Une gamme de shampooings pour toutes les femmes voilées