in

Journée internationale de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens

Liberté pour les prisonniers et les prisonnières politiques palestiniens !

Aujourd’hui, 4450 hommes, femmes, enfants, prisonniers politiques palestiniens sont détenus dans les geôles israéliennes, dont 530 sont en détention administrative, c’est-à-dire emprisonnés sans inculpation ni jugement, 1 à 6 mois renouvelables indéfiniment. Parmi eux, 160 enfants (moins de 18 ans), 8 députés (membres du conseil législatif palestinien).

En 2021, il y a eu 8000 arrestations, dont près de 1300 mineurs. 1600 ordres de détention administrative ont été prononcés. Les arrestations visent plus particulièrement les militants, les défenseurs des droits humains, les étudiants, les journalistes.

Ces chiffres illustrent la politique de répression du peuple palestinien par les autorités israéliennes.

Publicité

Il s’agit d’une parodie de justice, d’une justice d’occupation exercée par des tribunaux militaires.

L’AFPS dénonce les arrestations, la torture, les détentions arbitraires. Ainsi, Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, défenseur des droits humains, est une nouvelle fois placé en « détention administrative » pour une durée de 3 mois sans communication de charges à son encontre.

Salah Hamouri

L’AFPS dénonce la détention des mineurs, les peines démesurées auxquelles ils sont condamnés, lorsqu’il ne s’agit pas de détention administrative. Ainsi, Amal Nakhle, 16 ans lors de son arrestation, est placée en détention administrative depuis plus d’un an alors qu’elle est atteinte d’une maladie du système immunitaire et ne reçoit pas de soins adaptés.

Publicité

L’AFPS dénonce les conditions de détentions de ces hommes, de ces femmes, la maltraitance dont ils font l’objet et l’absence de soins. Ainsi, Israa Ja’abis, grièvement brulée lors de son arrestation ne reçoit pas les soins indispensables.

L’AFPS soutient la lutte de ces prisonniers pour obtenir, a minima, des conditions de détention décentes, pour le respect de leurs droits. La grève de la faim est bien souvent leur seul recours. Hisham Abu Hawash, a mené une grève de la faim pendant 141 jours pour obtenir la fin de sa détention administrative.

Depuis le 1er janvier, plus de 450 détenus refusent de se présenter aux audiences de leur tribunal militaire pour protester contre leur détention administrative.

En ce 17 avril, Journée internationale de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens, l’AFPS dénonce la violation du droit international par l’État d’Israël, dénonce le régime d’apartheid exercé par Israël à l’encontre des Palestiniens.

L’AFPS demande que la France prenne les mesures qui s’imposent pour faire pression sur l’État d’Israël afin qu’il cesse cette politique illégale et indigne.

Publicité

Nous demandons la libération de Salah Hamouri et de tous les prisonniers politiques palestiniens !

Le Bureau National de l’AFPS
Le 16 avril 2022

A lire ou relire, l’entretien accordé à Oumma par Bertrand Heilbronn, président de l’AFPS :

Salah Hamouri condamné à 4 mois de prison : un choc pour Bertrand Heilbronn, président de l’AFPS

 

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les vertus scientifiques du jeûne

Introduction au quatrième pilier de l’islam : le jeûne rituel de Ramadan