in

Analyse des résultats du Premier tour

Avez-vous remarqué le slogan de Macron sur ses affiches : « Nous tous » ? Slogan qui au premier abord peut sembler sympathique puisqu’il englobe tout le monde, mais qui peut aussi vouloir dire « Nous tous citoyens » et exclure ainsi ceux qui ne le sont pas !

Commençons par souligner ce qu’indiquent les sondages après le vote. D’abord, les abstentionnistes avec 33 % sont plus nombreux qu’en 2017, 2012 et 2007 ; il faut remonter au duel Chirac/Le Pen de 2002 pour trouver une abstention plus forte atteignant 38 %.

On remarque d’ailleurs que, dans ces derniers mois, le pouvoir macronien s’est bien gardé de faire la moindre campagne en faveur du vote ! Ensuite, soulignons que les abstentions les plus nombreuses se situent dans les deux classes d’âge 18-34 ans qui dépassent les 40 % d’abstentions tandis que les retraités (60-69 ans) votent à 88 % et les « seniors » votent à 77 % !

Publicité

Plus on est vieux et plus on vote Macron et Pécresse, tandis que les 18-34 ans ont voté Mélenchon à 31 %, 26 % pour Le Pen et seulement 20 % pour Macron. On a entendu à gauche des éloges des jeunes en oubliant un peu vite leur taux d’abstention.

Pour combattre la tendance fâcheuse à l’immobilisme (les 70 ans et plus ont voté à 41 % pour Macron), on comprend mieux que le programme de l’Union populaire prévoit un abaissement du vote à 16 ans. Il faut rajeunir le corps électoral. Faut-il préciser aussi que plus on gagne d’argent et plus on vote Macron et moins on vote Le Pen et Mélenchon ?

Une indication encore sur le vote des « catholiques », sans que l’on sache s’il s’agit des « pratiquants » (réduits à 2 ou 3%) ou de ceux qui se disent catholiques. Ces catholiques votent Macron à 32 % et Le Pen à 27 % ; Mélenchon avec 11 % arrive tout juste devant Zemmour à 9 % ! Où est passé leur sens moral ? Il est dommage que les « autres religions » soient mélangées dans le sondage que j’ai trouvé.

Publicité

On sait par ailleurs que le vote des musulmans s’est porté à 69 % sur Mélenchon mais on aimerait bien savoir quel a été le vote juif ; encore un tabou.

Ce sont les « sans religion » qui votent le plus Mélenchon à 30 %.On sait qu’en Ile-de-France, Macron est arrivé « en tête », mais de seulement 224 voix devant Mélenchon ! Ce sont les départements du 93 (JLM  = 49 % des voix), du 94 (JLM = 32,6%), du 95 (JLM = 33,1%) et, dans une moindre mesure, l’Essonne (JLM = 28%) qui compensent les gros scores de Macron dans les Hauts-de-Seine (Macron = 37,1%) et les Yvelines (33,4%) où pourtant quelques villes se distinguent : Trappes (JLM = 60,6%), Mantes-la-Jolie (JLM = 54,3 %), Mantes-la-Ville (JLM = 42,3%). Dans ces villes, on mesure le poids du vote musulman. (Suite page 2).

Les résultats à Paris méritent notre attention. Ils sont saisissants suivant les arrondissements. Comme on le devine, les arrondissements les plus riches votent Macron à plus de 40 % : 2e, 3e, 4e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e, 17e. Les 6e et 7e arrondissements dépassant les 47 % ! Mais certains arrondissements ont porté en tête JLM : le 10e, 13e, 18e, 19e et 20e. C’est ce qui reste du Paris révolutionnaire.

Je remarque un autre phénomène dont nos médias ont peu parlé : la percée de Zemmour qui se classe troisième sur Paris avec 8,16 % loin devant Le Pen à 5,54 %. Dans 16 arrondissements, Zemmour devance Le Pen, en particulier dans le 8e où il obtient 15,3 % des voix et dans les 6e, 7e et 8e, il dépasse les 10 % ! Ainsi, il semble bien que les bourgeois soient plus séduits par Zemmour que par une Marine Le Pen qui est plébiscitée par les pauvres. L’on constate aussi cette avance de Zemmour à Versailles où, avec 18,48 % des voix, il arrive en deuxième position derrière Macron (33%) ainsi qu’au Chesnay avec 15,78 %.

Connaissant bien cette partie de la région parisienne, je puis affirmer qu’ici, on mesure le poids des catholiques carrément intégristes ou proches de cette dissidence catho dans le sinistre succès du journaliste facho et rétro. 

Hors de la région parisienne, dans tous les départements, on retrouve le trio Macron, Le Pen, Mélenchon. Mais jamais Mélenchon n’arrive en tête sauf dans l’Ariège comme en 2017 (ses deux députés furent de l’Union populaire). Dans les régions, jamais Mélenchon n’arrive en tête ; au mieux, en Bretagne, il arrive 2ème avec 20,65 % des voix derrière Macron ; dans toutes les autres régions, il arrive en troisième position.

Publicité

L’ordre est Macron, Le Pen, Mélenchon comme dans les départements de la Loire, le Sud-Ouest, la Bretagne et la Normandie. Mais c’est aussi Le Pen, Macron, Mélenchon comme dans les Hauts-de-France, le Grand-Est, la Corse (évidemment!). En revanche, Mélenchon triomphe dans une série de grandes villes : Lille (40,5%), Roubaix (52,5%), Tourcoing (36,2%), Rennes (33,3%), Nantes (33%), Creil (56,1%), Rouen (33%), Le Havre (30%), Strasbourg (35,48%), Mulhouse (36%), Besançon (32,3%), Clermont-Ferrand (31,1%), Grenoble (38,94%), Saint-Etienne (33,29%), Marseille (31,1%), Avignon (36,8%), Villeurbanne (37,88%), et talonne Macron à Lyon. 

L’électorat de la France insoumise est citadin, tandis que celui de Marine Le Pen est foncièrement rural à l’exception des Hauts-de-France où elle obtient 33,3 % des voix et de la Provence-Côtes d’Azur (26,25%). Marine triomphe dans les départements les moins urbanisés : les Ardennes (36%), les Vosges (33,36%), la Marne (30,5%), la Haute-Marne (36,6%), la Meuse (35,1%), la Haute-Saône (34,6%), l’Aube (32,95%), la Meuse (35,1%), l’Eure (32, 29%), etc.

A gauche, soulignons l’échec des trois candidats écologiste, socialiste et communiste non seulement globalement mais aussi dans leurs fiefs et c’est pour eux le plus grave. Prenons au hasard quelques exemples, sans chercher les cas les plus flagrants.

D’abord, quelques villes tenues par le PS, par exemple Bourg-en-Bresse, Oyonnax, Aurillac : plus Mélenchon est fort et plus Hidalgo s’écroule : à Bourg-en-Bresse Mélenchon obtient 25,6 % des voix et Hidalgo 2,86 % ; à Oyonnax où Mélenchon obtient 28,6 %, Hidalgo ne réalise que 1,4 % donc moins que son score national qui est de 1,7 %. Il en est de même dans les deux villes socialistes de Saint-Denis et Saint-Ouen où Mélenchon fait 61,1 % et 51,8 %, Hidalgo n’obtient que 1,11 % et 1,43 %. On peut affirmer que la mort du PS est très, très proche.

Examinons maintenant le vote écologiste. Dans les villes tenues par EELV, Jadot se maintient mieux, même si Mélenchon fait des scores exceptionnels. Exemple : à Besançon où Mélenchon fait 32,3 %, Jadot obtient 6,4 %, donc plus que son score national de 4,6 % ;  à Grenoble, Mélenchon obtient 38,9 % des voix et Jadot 8,95 %. Il en est de même à Lyon.

Quant au vote communiste, dans les villes qu’il tient encore, l’électorat vote massivement Mélenchon : à La Courneuve, Mélenchon obtient 63,9 % des voix et Roussel 1,78 % alors que son score national est de 2,3 %; il est vrai que dans d’autres villes communistes, Roussel fait un peu mieux que sa moyenne nationale mais timidement : à Ivry-sur-Seine, il obtient 4,4 %, à Villejuif, 4,2 %, à Vitry, 3,77 %, à Bagneux, 3,3 %. C’est seulement à Port-de-Bouc que Roussel passe tout juste la barre des 10 % !

Je n’évoquerai pas la débâcle des LR avec Valérie Pécresse. Ce parti est-il destiné à éclater entre l’extrême-droite et la droite macronienne ? L’avenir le dira. En revanche, il est très inquiétant de constater qu’en quelques mois la pire des extrême-droites, celle de Zemmour semble s’implanter dans le paysage politique de la France. La focalisation sur le trio de tête fait trop oublier que Zemmour est le quatrième homme avec  2,5 millions de voix.  Zemmour se classe même troisième, je l’ai déjà dit, à Paris et arrive quatrième dans toutes les régions sauf la Bretagne et les Pays de Loire où l’écologiste Jadot se hisse à ce niveau. Il faudrait affiner l’analyse pour identifier les villes où Zemmour dépasse les 10 %. J’ai déjà signalé de riches arrondissements parisiens et plusieurs villes des Yvelines.

Hélas, on n’en a pas fini avec ce triste individu, prêt à prendre la place de la dynastie des Le Pen. Si le deuxième tour suscite une mobilisation contre Le Pen, dès après, il ne faudra pas l’oublier.

L’addition des voix Le Pen et Zemmour dessine une France cauchemardesque et nous fait d’autant plus apprécier la percée de l’Union populaire, seule alternative à un fascisme à la française.

La politique antisociale, non seulement de Macron mais de ses prédécesseurs, « socialistes » compris, le choix du libéralisme économique par l’Union européenne, ont créé une désespérance et une colère dans le peuple.

Macron, tout comme Le Pen et Zemmour, ont cherché à détourner cette colère contre les musulmans. Heureusement, l’Union populaire combat ce racisme comme les autres.

Reste aujourd’hui à gagner les élections législatives où l’Union populaire va se heurter aux petits féodaux du PS et du parti écologiste. Ils ne nous feront aucun cadeau, même et peut-être plus encore, le Parti communiste pourtant moribond ! Plus que jamais, on va nous chanter « l’union de la gauche » : Mélenchon et ses lieutenants la veulent mais pas à n’importe quel prix. Tous ensemble, nous ne capitulerons pas !

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Seul Poutine a gagné en France.

    Poutine représente tout ce qui mauvais en occident. C’est un homme raciste, islamophobe, avare et plus criminel que Staline. C’est la réincarnation de Ivan le Térrible, c’est un cauchmar pour le monde musulman Tchétchénie , Syrie.
    Il est la réincarnation de Ivan le Térrible en sibérie musulmane.

    Macron, Le Pen , Zemour et bien d’autres, sont une copie conforme de Poutine.

    Affaire à suivre.

  2. Le deuxième tour des élections présidentielles met les musulmans devant un dilemme. Voter pour Macron qui les a maltraités, ou s’abstenir ou voter blanc au risque de voir M. LePen au pouvoir avec sa ferme volonté de pratiquer une politique d’inquisition que les musulmans payeront très cher.
    Devant cette situation de force majeure, se déplacer pour voter et glisser le bulletin Macron est de moindre mal. Il ne s’agit pas de donner sa voix, mais son bulletin. Il s’agit d’empêcher le vote LePen, à tout prix.
    La voix de musulmans doit être conservée pour les législatives de juin prochain qui donneront naissance à un nouveau parlement. C’est au niveau du parlement que les lois sont votées. Les musulmans devront contribuer au choix des élus qui vont siéger dans ce parlement, en allant voter massivement pour ceux qui ne les ont pas trahis. C’est-à-dire pour les candidats de l’union populaire et de ses alliés qui se seraient engagés sur le respect des valeurs d’égalité et de fraternité et sur la condamnation de l’islamophobie.
    Ce sont ces parlementaires qui, si on leur donne la force du nombre, s’opposeront à Macron dans sa politique de casse sociale, et s’opposeront à Macron et à d’autres partis tentés de casser les valeurs de fraternité dans le pays et de cibler la communauté musulmane par des lois ou dispositions discriminatoires.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le jeûne comme remède à la ruine de l’âme (4/4)

Le Ramadan est célébré avec ferveur jusqu’à Cuba