in

Jean Messiha rattrapé par des affaires de plagiat

Le chroniqueur identitaire, soutien d’Eric Zemmour, avait été poussé dehors par le Rassemblement national. Il avait facturé des prestations et des notes plagiées à la campagne des européennes pour 16 200 euros, montant non remboursé par l’Etat.

D’embrassades en tapes dans le dos, Jean Messiha, costume trois pièces, cravate rose fuchsia et pochette de soie assortie, savoure sa place au premier rang du meeting d’Eric Zemmour, à Villepinte, le 5 décembre. L’ancien visage des Horaces, cercle d’experts qui conseillent Marine Le Pen, a quitté fin 2020 le Rassemblement national (RN) au prétexte d’une ligne trop molle sur l’islam, pour se consacrer à sa « vocation » de polémiste sur les plateaux télé de Pascal Praud et de Cyril Hanouna.

Né Hossam Botros Messiha en Egypte, naturalisé à 20 ans, Jean Messiha promeut le mythe d’un « peuple historique de Français de souche ». Qualifié de « soutien indéniable de la campagne » par Antoine Diers, l’un des responsables de Reconquête, il apparaît dans une vidéo réalisée par l’équipe du candidat, énumérant les mesures à « prendre en 2022 une fois qu’Eric Zemmour sera élu », et se prévaut de recruter, par l’intermédiaire de l’Institut Apollon, association confidentielle qu’il a créée, « des centaines » de candidats prêts à former une majorité parlementaire nationaliste. Indéniable, son soutien pourrait toutefois devenir embarrassant.

Publicité

Selon les informations du Monde, son départ du RN n’était pas dû qu’à un désaccord de ligne, mais à des pratiques douteuses épinglées par la direction du parti. Jean Messiha était, selon plusieurs sources en interne, coutumier du plagiat. Au point qu’il s’embourbe publiquement, en juin, lorsqu’il reproduit mot à mot une tribune publiée par Les Echos dans un texte signé de son nom sur le site du magazine Causeur. Mis en cause, il tweete des excuses et invoque l’oubli de mettre la « citation entre guillemets ». Sauf que le texte copié s’étend sur près de quarante lignes… « C’est une appropriation intellectuelle complète, souligne l’auteur de la tribune, Loup Viallet, essayiste spécialiste de l’Afrique, qui a déposé plainte au pénal pour contrefaçon. Un vol de moto ou d’ordinateur est moins grave pour un auteur que le fruit de son travail. Quand on se revendique patriote, on ne pille pas ses compatriotes et on respecte la loi. Cela se réglera entre lui et la justice. »

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Sacré Jeannot, il a copié sur son voisin, ouh le vilain !
    Je vous conseille l’excellente parodie “l’heure des pronos” qui croque avec finesse et humour “l’heure des pros”. Malgré la caricature, elle est juste irrésistible et pleine de vérité. On y voit une imitation de Jeannot à ne pas rater.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Israël autorise ses soldats à tirer dans le dos des enfants palestiniens

Egypte : une pub Citroën jugée sexiste