in

Immigration : Salvini en Tunisie veut bloquer les départs

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini, en visite en Tunisie jeudi, a appelé au rapatriement des Tunisiens arrivés illégalement en Italie, et à “bloquer” l’émigration irrégulière.

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ce raciste politicien italien a vite oublié ses pères qui étaient des migrants italiens clandestins, qui débarquaient “massivement” sur les côtes kélibiennes (Cap Bon) en Tunisie, durant l’année 1947. Tout est documenté par les historiens français et tunisiens et dernièrement, très bien rapporté noir sur blanc par le quotidien “La Dépêche Tunisienne” du 6 août 1947, qui circule sur les réseaux sociaux. Ce journal édité entre 1889 et 1961, était le quotidien incontournable de la période coloniale française. Dans son article, il décrit l’afflux de ces clandestins italiens sur les côtes tunisiennes, et la police et gendarmerie qui luttent tant bien que mal contre ce phénomène de l’époque. “Les côtes du Cap Bon ont de tout temps servi de lieu d’atterrissage aux indésirables, qui fuyant la Sicile, les carabiniers à leurs basques, ou pour toute autre raison, viennent chercher, sous nos latitudes, la paix, le pain et la liberté” indiquait l’article de La Dépêche Tunisienne.
    Il oublie, qui a protégé leur défunt premier ministre Bettino Graxi, qui cherchait refuge politique chez nous en Tunisie, jusqu’à sa mort et son enterrement à Hammamet. Il viendra le jour où ce même arrogant mafieux, trouvera la nécessité absolue de venir se réfugier chez nous en Tunisie. Nous lui rappellerons son hostilité contre les Tunisiens.
    Je ne comprends pas pourquoi les Tunisiens voudraient-ils l’accueillir chez eux. Que le marché de gros de Bir El-Kassaâ à Tunis, ramasse ses tomates pourries, pour les jeter au passage de ce comique imitateur de Mussolini.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Arabie Saoudite interdit le pèlerinage (Hadj) à 600.000 Palestiniens

L’Algérie se dote d’un site portail pour attirer les touristes du monde entier