in

Il y a de l’eau dans le gaz chez les Le Pen

Il est des retours de bâton jubilatoires, surtout quand ils frappent ceux qui adorent les administrer à tout-va, plus habitués à tenir le manche qu’à en subir le choc cinglant et, somme toute, de bonne guerre dans la guerre des coups bas.

Dans leur boule de cristal qui, un an avant l’élection suprême, interprète déjà les signes contestataires de l’opinion, les sondages, à l’unisson, prédisent à Marine Le Pen un ticket gagnant, ou du moins très bien placé, sans se soucier ni de la versatilité de l’électorat, ni de certains cadavres dans le placard…

Une candidate FN dénommée Sandra Kaz, qui était en lice pour les cantonales dans le Nord, cacherait une ancienne escort-girl, le parrain de Marine Le Pen, Henri Botey, alias “Monsieur Eric”, dissimulerait un passé sulfureux qui lui vaut d’être mis en détention provisoire à Fleury-Mérogis pour proxénétisme aggravé, il ne manquait plus que des photos de bras levés, témoignant bien de la résurgence d’un néo-fascisme que l’on s’est empressé d’enterrer, pour compléter ce joli tableau de famille !

Alors que l’heure du sacre de la fille à papa approche, lors du défilé emblématique du 1er mai avec son long cortège d’adulateurs de Jeanne d’Arc et de Skins heads, le cas d’Alexandre Gabriac, 21 ans, plus jeune conseiller régional FN dans la région Rhône-Alpes, qui s’est illustré par un salut nazi plutôt compromettant, sème la zizanie dans le parti clanique.

Désireuse de se refaire une virginité, Marine Le Pen a décidé d’exclure ce membre qui fait tache, au moment où elle chemine vers la respectabilité, et peut-être demain vers la gloire… Mais redorer un blason terni par la nostalgie Pétainiste ne sera pas aisé, d’autant plus que celui qui lui donne du fil à retordre n’est autre que son père, président d’honneur du FN, sorti de sa retraite pour fustiger la décision de sa fille.

Lisser l’image granuleuse du FN ou ne pas braquer papa, telle est l’alternative qui se pose à Marine Le Pen, à la tête d’une extrême-droite sur laquelle l’ombre de la croix gammée plane plus que jamais, n’en déplaise à une certaine élite conservatrice qui la créditait de vertus bien illusoires…

Le soutien de Bruno Gollnisch au jeune nazillon en herbe, dans la grande tradition Lepéniste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le changement démocratique en Syrie sera-t-il rouge de sang ?

La rapine financière du siècle : l’appropriation des fonds souverains libyens