in

Hommage à Ouassini Bouarfa, le seul soldat d’origine algérienne à avoir pris part au Débarquement

A l’occasion du 75ème anniversaire du D-Day libérateur, le nom d’un valeureux Béret vert, engagé dans le célèbre commando Kieffer – le très sélectif commando de Fusiliers marins créé en 1942 en Grande-Bretagne par la France libre et placé sous la houlette du capitaine Philippe Kieffer – mérite d’être exhumé des oubliettes de l’histoire.

Un nom, à la consonance venue d’ailleurs, de l’autre côté de la rive méditerranéenne, que les moins de 20 ans (et pas seulement eux…) ne peuvent pas connaître, et qu’il n’est que justice de citer en exemple, à l’heure d’honorer la mémoire des héros du Débarquement.

Pour que ce nom, après avoir été couvert d’éloges pour avoir vaincu les violents tumultes de la Seconde Guerre mondiale, au sein d’un commando d’élite qu’il avait rejoint très jeune, ne soit pas enseveli dans les cendres du passé, il convient aujourd’hui de le rappeler pour mieux lui rendre hommage : il s’agit du défunt Ouassini Bouarfa, le quartier-maître infirmier du commando Kieffer, le seul soldat d’origine algérienne et l’un des seuls non-Européens à avoir débarqué sur les plages de Normandie, le 6 juin 1944, avec ses 177 frères d’armes français, dans le cadre de l’opération d’envergure Overlord.

Publicité

Il est à noter que le commando Kieffer fut l’unique bataillon français à fouler les plages normandes face à l’ennemi.

Blessé sur la plage de Ouistreham, dès le début de l’assaut, comme le furent 25% des Bérets verts au cours d’un premier jour funeste (40% des commandos seront tués ou blessés au même moment), Ouassini Bouarfa, à peine rétabli, repartit au combat, la fleur au fusil ou presque.

C’est en sa qualité de quartier-maître infirmier qu’il remonta au front, en Normandie d’abord, puis à Flessingue, sur l’île de Walcheren, aux Pays-Bas, en novembre 1944, en vue de sécuriser l’accès au port d’Anvers.

Publicité

Pour l’audace des missions accomplies et les victoires acquises, les Fusiliers marins, dont il fut l’un des soldats pleins de bravoure, seront cités cinq fois à l’Ordre de l’armée. Le 1er BFM/RFM reçut, du général de Gaulle, le titre de Compagnon de la Libération, en récompense de son implication dans la libération de la France.

Ouassini Bouarfa avait 25 ans lorsqu’il participa au défilé des forces alliées sur les Champs Élysées, le 25 mai 1945, après la capitulation allemande. Il s’est éteint à l’âge de 88 ans, en 2007, mais pas la flamme du souvenir, qu’il est plus que jamais essentiel de faire briller à travers l’ombre de l’oubli et les ténèbres de l’ignorance, dans l’intérêt de tous.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

15 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Oui bravo à titre posthume à ce monsieur qui a eu la chance de survivre au débarquement. Il n’était pas le seul non plus. Combien de soldats tombés dans l’oubli ?
    Je pense par ailleurs que c’est une mauvaise idée de communautariser la seconde guerre mondiale. Mais si on veut vraiment aller par la, il faut alors aussi parler des événements tragiques qui se seraient déroulés en Italie, notamment lors de la bataille de Monte Cassino. Ou encore se demander combien de français d’origine maghrébine se sentiraient prêts à se battre pour la France aujourd’hui. J’ai bien peur que les binationaux pourraient être tentés de traverser la Méditerranée.

    • Zéro, sais-tu combien de binationaux servent-ils aujourd’hui dans l’armée française? j’en ai rencontrés monsieur qui vit dans une autre planète.
      D’autre part, binational veut dire appartenir à deux nations; donc pour moi, ils peuvent traverser la méditerranée dans les deux sens selon la justesse de la cause; à moins que ta cause soit louche comme au Mali, La côte d’Ivoire, l’Afghanistan, l’Iraq, la Lybie et partout où l’on s’ingère pour le sous sol?.
      On voit bien que tu n’as pas évolué depuis tes ancêtres en quête de chair à canon! et que tes principes ne sont qu’enfumage qui n’aveugle personne …
      Les gens savent de plus en plus réfléchir si tu veux l’admettre

      • “à moins que ta cause soit louche comme au Mali”
        Je ne pense pas que la cause de l’axe Washington-Riad soit plus ou moins saine que celle des européens ou des chinois … ne pas les oublier ceux-là !
        Quelque soient les pays les oligarchies de chacun n’ont absolument rien à cirer de leurs gueux pardon de leurs citoyens.

        • je ne les oublie pas, pas de panique!
          c’est du pareil au même et souvent c’est le même axe.
          Mais je maintiens et sans détour ma pensée
          : Ouassini Bouarfa qu’Allah accueille son âme a participé – comme plein d’autres – à une guerre qui n’était pas la sienne. La boucherie occidentale regarde les occidentaux par contre arrêter leur oeuvre sur le sol africain entre autres était prioritaire.
          Les nazis étaient des salauds mais entre nous, combien de nazis a-t-on connu depuis? en quoi les malheurs depuis 1945 que l’humanité a connus différaient en sauvagerie de ceux des nazis? … je ne rentre pas dans le moule désolé

          • Au plan psychologique vous êtes à côté de la plaque !
            Dans ces commandos il s’agissait de volontaires déterminés et pas de pâles et simples troufions.
            J’ai côtoyé de très près un confrère (plus âgé que moi) né à des milliers de kms de la France, déraciné vers l’âge de 16 ans, ayant fait le coup de fusil dans la résistance française bien qu’étranger, puis il s’engage dans la légion, 5 ans plus tard aidé financièrement par un frère aîné fait des études supérieures qu’il réussit.
            Patriote français plus intransigeant que 95% des nés en France depuis plusieurs générations.
            Si je ne l’avais pas connu je n’aurais jamais cru que ces gens existent, il est probable que Ouassini Bouarfa était de ceux là.
            Vous comme moi on ne peut pas les comprendre et ils font la France par leur détermination.
            Par rapport à eux les tout mous, les aigris jamais contents mais ne quittant pas le pays qu’ils critiquent ne font pas le poids en cas de conflit !
            Ces tempéraments existent pour d’autres pays bien entendu, il y a des patriotes US, algériens etc.

  2. S’agissant des membres des commandos Kieffer, Hubert, Trépel ou De Penfentenyo entre autres, il est difficile de parler de ”chair à canon”.
    Ce sont des unités d’élite, aguerries, extrêmement bien entraînées et la ”casse” en leur sein est très largement inférieure à celle que l’on peut déplorer dans des troupes plus classiques.

  3. là, il y a bien des bouches qui vont prendre congé, se faire discrètes.
    Peut être, certainement, n’ont-elles aucun commentaire à faire!.
    Attendez, il y aura d’autres articles où vous pourrez vous remettre “au boulot”

    • Comme pour tous ceux, quelle que soit leur origine, qui se sont battus dans cette guerre ! Personne ne peut vivre d’une pension d’ancien combattant !

      • didier

        faux
        Les francais ”d’origine” avaient le double voire le triple en pension comparé aux ‘indigènes’ utilisés comme chair à canon

        • @anticolon – Pour un ancien combattant, la retraite s’élève actuellement à 1200 euros par an pour un homme du rang, versés en deux fois: 600 fin juin et 600 fin décembre.
          D’autre part l’ONAC dispose de moyens extrêmement limités pour leur venir en aide.

        • C’est inexact, ce que vous dites ! Les “indigènes” n’ont pas été utilisés comme “chair à canon” (même pas en 14-18, ou tout au moins pas plus que les autres, ceci est un mythe bien ancré, mais faux) et le pourcentage des pertes humaines étaient quasi les mêmes dans le différents contingents selon leur zone de combat. Le grand courage et l’efficacité des troupes “indigènes” ont été soulignés notamment par le général Juin, mais aussi par les Américains et leur général (Clark), soufflés par leur hardiesse et leurs résultats.
          Ceci étant, mon propre grand père, médaillé pour avoir été dans les FFL depuis 1941, a eu une pension que je qualifierais de symbolique. Mais je sais que cela lui était égal, car il ne s’était pas battu pour ça, ni lui ni ses camarades n’étaient des mercenaires !

    • Que des pauvres types qu’on envoyait au casse pipe pendant que la bourgeoisie chantait avec les allemands, la même bourgeoise qui aujourd’hui ramène des pauvres types pour remplir les usines et les faire bosser à la chaîne en les entassant dans des HLM. La bourgeoisie française a toujours collaborée et continue de nos jours. Respect à tous ces esclaves morts pour rien, et à nos esclaves modernes dans les usines à mettre des pains au chocolat dans des boîtes en carton.

      • Si vous disiez vrai, il n’y aurait pas autant d’immigrés musulmans en train de s’installer chez nous, alors que nous avons tant de chômeurs.
        Décidément, des gens comme vous passeront toujours leur temps à se plaindre : ils n’ont aucun honneur.
        On ne travaille plus à la chaîne, on assiège l’ANPE, et ça attire des profiteurs…

        • Bien sur que je dis vrai, ils ramènent autant d’immigrés (musulman ou non d’ailleurs) à votre avis pourquoi ? Pour casser les salaires français et vous le savez parfaitement bien, alors qui a le plus d’honneur entre vous et moi, vous niez la réalité, vous êtes autant hypocrite que la bourgeoisie libérale qui nous dirige, assumez le, d’ailleurs votre pseudo de “roitelet” parle pour vous !
          «Décidément, des gens comme vous passeront toujours leur temps à se plaindre» J’ai bien ri merci, non, ne nous plaignons surtout pas, laissons nous nous faire exploiter jusqu’à l’os !
          Hey Leroy, moi je me sens concerné par les problèmes sociaux français donc je suis français, vous apparemment pas, vous devriez songer à la ré-émigration sans méchanceté aucune bien-sur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Algérie: le courage extraordinaire d’un jeune homme sauvant deux femmes d’un immeuble en flamme

Révolution citoyenne: de la malédiction à la bénédiction de la Constitution