in ,

L’histoire incroyable d’Omar Ibn Saïd, un érudit musulman esclave en Amérique

L’histoire incroyable d'Omar Ibn Saïd, un érudit musulman esclave en Amérique

L’histoire incroyable d'Omar Ibn Saïd, un érudit musulman esclave en Amérique

Publiée par Oumma.com sur Vendredi 18 janvier 2019

Publicité

A Washington, dans la prestigieuse Bibliothèque du Congrès, la célébration du Mois de l’histoire afro-américaine exhumera, le 5 février, un manuscrit rare : le récit autobiographique de Omar Ibn Saïd, un esclave noir hors du commun.

En 1807, à 37 ans, cet érudit musulman, fils de riches marchands, féru d’arithmétique et de sciences islamiques, fut arraché à son Sénégal natal pour être réduit en esclavage en Amérique, victime d’une abomination : la traite négrière.

Ce fin lettré brisa ses chaînes en laissant courir sa plume sur le papier. « Le récit en arabe d’Omar Ibn Saïd est le seul émanant d’un esclave musulman aux Etats-Unis » – Mary Deeb, Bibliothèque du Congrès.

Omar Ibn Saïd a laissé derrière lui une oeuvre testimoniale exceptionnelle, composée de 14 manuscrits en arabe, dans lesquels il évoque ses racines, son parcours et sa capture, et témoigne de la difficulté de rester fidèle à sa religion dans l’enfer de l’esclavage. Son dernier texte, rédigé en 1857, s’éclaire à la lueur de la Sourate An-Nasr (le Secours).

Publicité

Le récit de Omar Ibn Saïd, qui repose depuis 1864 en Caroline du Nord, est d’une valeur inestimable. Il révèle que de nombreux esclaves africains étaient musulmans et met en lumière
le haut niveau d’éducation de l’Afrique au 19ème siècle.

Un siècle plus tard, Omar Ibn Saïd est passé à la postérité au pays de “La case de l’oncle Tom”. La mosquée de Fayetteville porte son nom et celle de Caroline du Nord a érigé une stèle à sa mémoire.

Publicité
Publicité

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Répandre la haine et ´lesclavage
    A cette époque
    Aujourd’hui le monde ne prend pas conscience de cette réalité et assoiffe les pays du tier monde dans son ensemble et leur privé de leur droit au prix de la civilisation

  2. OHHHHH!!! il y n’a pas grand monde sur les commentaires aujourd’hui!!! c’est normal il s’agit d’un noir et de surcroît esclave et pour alourdir l ‘addition un musulman!
    Je pense que si cet article avait été publié dans le journal le monde ou The National Géographique il aurait déclenché une vague de critique car dans l’inconscient collectif des occidentaux du XVIII et XIX siècle le noir américain était un esclave animiste, illettré et difficilement assimilable dans la société blanche et chrétienne sans l’affranchir à coup de fouet de ce qui lui restait d’humanité et d’identité.
    Il est étonnant de constater qu’à chaque colonisation ou génocide les forces d’occupations s’évertuent une fois les bases de leur pouvoirs établies à détruire minutieusement toutes références aux valeurs, religieuses, culturelles des nations mises à genoux (Aztèques, Indiens d’Amériques, Musulmans de l’Espagne musulmane”al Andalus, les victimes de l’esclavage)
    Il est du devoir de chaque enfant y compris des enfants des pays dont les ancêtres ont conduit l’entreprise de colonisation de se réapproprier leur véritable histoire car cette histoire que l’on vous raconte à coup d’incertitude historique est loin d’être la vérité, car l’histoire est malheureusement toujours écrite par les vainqueurs et jamais par les vaincus. Ces derniers s’arrangeant toujours pour modifier , falsifier ou cacher sous couvert du secret défende ou d’intérêt stratégiques une partie de la vérité historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Illusion et tromperie en Islam

Gilets Jaunes : un policier met en cause le gouvernement