in

Affaire « Charlie Hebdo » : Eric Zemmour pris en flagrant délire islamophobe

Affabulations. Chroniqueur sur RTL, Eric Zemmour a utilisé frauduleusement l’incendie de Charlie Hebdo pour attiser les braises du racisme anti-musulman. Démonstration.

Il est titulaire d’une carte de presse et dispose chaque matin d’une audience considérable sur la radio la plus populaire de France. Vendredi, le journaliste Eric Zemmour a pourtant berné son public sur l’antenne de RTL. Dans sa séquence quotidienne intitulée « Z comme Zemmour », le polémiste consacrait ce jour-là sa chronique à l’incendie des locaux de Charlie Hebdo.

Le mensonge (à 0’52) :

« On sait seulement qu’un site, « Islam en France », appelait la veille à brûler l’immeuble de Charlie Hebdo. Pour rire ».

C’est faux : le site islamenfrance.fr a publié un billet au soir du lundi 31 octobre dans lequel il est question, photo à l’appui et « pour rigoler », de « brûler en public » des exemplaires du journal. Dans ce papier, il n’est nulle part question d’incendier le siège de l’hebdomadaire. Tout au plus, le rédacteur propose de faire « des sit-in » devant ou bien de « prendre d’assaut pacifiquement » les locaux.

Z comme Zéro crédibilité

Après avoir affirmé que « l’islam refuse obstinément la désacralisation à la française », ajoutant qu’il s’agit là d’une sorte de « choc des civilisations », Eric Zemmour, toujours aussi caricatural sur la religion musulmane, conclut par un procédé récurrent chez l’idéologue déguisé en journaliste professionnel : la désinformation.

A propos des récentes manifestations à Paris de fondamentalistes chrétiens hostiles à une pièce de théâtre, le chroniqueur ose (à 2’50) l’entourloupe :

« L’islam fait même école. Par un curieux effet mimétique, certains catholiques protestent violemment contre une représentation théâtrale sur la figure du Christ. Pourtant, jusqu’à présent, la patience évangélique des chrétiens semblait sans limite  ». 

 

La mauvaise foi est savoureuse : Eric Zemmour ne peut ignorer, en 30 ans de « métier », les violences intégristes issues des rangs chrétiens et commises à maintes reprises dans le passé. L’exemple le plus célèbre demeure l’attentat  en 1988 du cinéma St-Michel : des extrémistes catholiques avaient voulu protester ainsi contre la projection du film de Martin Scorsese, « La dernière tentation du Christ ». Ils n’avaient aucune « patience » et n’avaient guère besoin d’ « imiter » les intégristes musulmans. Et l’on retiendra le demi-lapsus : aux yeux du chroniqueur, ce n’est même pas « l’islamisme » mais bien « l’islam » qui « fait école » dans le recours à la violence.

A la fin de sa prestation radiophonique, Eric Zemmour laisse paraître un large sourire, gourmand et malicieux. Celui de l’imposteur facétieux, pas vu pas pris. Jusqu’à maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo !

Aid-al-Adha vu par notre caricaturiste Céheu