in

Grande-Bretagne : la profanation sans précédent d’un cimetière provoque un vif émoi au sein de la communauté musulmane

A Oldham, un grand centre urbain situé dans le comté de Manchester, ce lundi 18 août a été assombri par la découverte de la profanation sans précédent d’une dizaine de tombes musulmanes dans le cimetière de Chadderton, provoquant stupeur et effroi parmi les membres de la communauté musulmane locale à la vue de dégradations odieuses, dont le caractère raciste ne fait aucun doute.

L’islamophobie rageuse ne prend pas de vacances, et c’est dans l’épaisseur d’une nuit qui fut propice à un déchaînement de haine unique dans les annales municipales qu’elle a libéré ses pires pulsions. Des pierres tombales déracinées et jetées dans le cimetière avec hargne, détruisant au passage d’autres tombes, des monuments commémoratifs vandalisés par des coups violents dont ils portent les stigmates visibles, des fleurs piétinées et éparpillées partout sur le sol, telle est la vision insoutenable qui s’est offerte aux yeux des visiteurs, musulmans comme non-musulmans, en ce lundi noir de la mi-août.

"Cela a bouleversé la communauté et toute la collectivité d’Oldham. Ce cimetière est pour tout le monde. Beaucoup de gens, moi y compris, se rendent au cimetière tous les jours. Ma femme est enterrée ici. Je n'avais jamais rien vu de tel ici avant. Cela nous fait terriblement mal", a confié, bouleversé, Abdul Wahab Chaudhary, un bénévole de la mosquée Al-Madina, dans un entretien à la presse locale, tandis qu’un autre administré très affecté, Abdul Waheed, 38 ans, qui vient régulièrement se recueillir sur la tombe de son père, s’est dit scandalisé : "Tout le monde est en colère. Comment peut-on tolérer de tels actes abjects ? Même une caméra de sécurité ne nous rassurera pas désormais", s’est-il exclamé en faisant référence à la décision collégiale d’installer un dispositif de caméras de surveillance pour dissuader à l’avenir toute agression islamophobe de cette nature.  

"Je suis très en colère. Je veux que le conseil municipal place des caméras ici et sans tarder", a lancé Mohammed Yacoub qui peine à se remettre du choc éprouvé lorsqu’il a poussé les grilles du cimetière au petit matin.

De son côté, la police de Manchester, qui prend l’affaire très au sérieux et met tout en œuvre pour remonter la trace des criminels avec célérité, a qualifié cette profanation "d’attaque raciale, planifiée et mise à exécution dans le seul but de salir la mémoire des musulmans qui reposent dans le cimetière d’Odlham"

"Nous déployons actuellement de grands efforts pour entrer en contact avec ceux qui ont été touchés directement par cette agression, mais aussi pour rechercher activement des témoins. Si quelqu'un dispose de la moindre information, qu’il la communique immédiatement à la police", a insisté le sergent Jon Martin de la police du Grand Manchester, chargé de l'enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La femme du Premier ministre marocain répond aux critiques sur sa djellaba lors de la réception donnée par Obama

Une fillette handicapée vivait l’enfer dans une maison de l’horreur à Casablanca