in

Grâce à Boeing, il sera bientôt possible de prier dans les airs !

Grâce à Boeing, il sera bientôt possible de prier dans les airs !

Grâce à Boeing, les musulmans pourront prier dans les airs !Certaines compagnies aériennes ont décidé d'aménager un espace pour la prière

Publicité

Publié par Oumma.com sur jeudi 1 mars 2018

La Saudi Arabian Airlines a fait de ses salles de prière à bord un atout clé au service de ses passagers. Boeing espère que le concept séduira d’autres compagnies aériennes, afin de satisfaire un plus grand nombre de voyageurs musulmans.

Loin de la terre ferme, se laver les pieds est un vrai défi ! Boeing a décidé de le relever pour les fidèles désireux de prier dans ses avions. La solution idéale ? Installer un plateau se repliant au-dessus des toilettes, raccordé ou non, de sorte que l’eau puisse s’écouler. Si tout se passe bien, dans 24 mois, avec Boeing, prier au-dessus des nuages ne sera plus mission impossible !

Publicité

Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Encore un très trop bon article. Voyez juste le titre “Grâce à Boeing, il sera bientôt possible de prier dans les airs”.

    Ah bon! Cela fait 32 ans que je prends l’avion, et ca n’est qu’aujourd’hui que j’apprends que mes nombreuses prières y inclus en plein mois de ramadan, ne son pas valides.

    Merci alors Boeing!

    • Tout à a fait d’accord, moi je fais mes prières dans le train (je voyage souvent sur des trajets longs, je prends le train avant le FJR en hiver), j’attends pas que la SNCF mette en place des salles de prière, certes je m’arrange avec la Sunnah, mon environnement… mais bon, l’acte de prière est exécuté, c’est un moment ou je me détache de mes préoccupations matérielles pour penser à DIeu, réciter des souraths et réaliser un acte de dévotion.
      Une salle de prière dans les airs pourquoi pas mais pour moi c’est davantage de l’ordre du gadget pour riche bigot que de l’esprit de l’Islam.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Horaire des prières

10% des Egyptiens accros aux drogues : une épidémie qui inquiète