in

Etats-Unis : des athlètes musulmanes pédalent pour promouvoir l’égalité dans le sport

Sur leurs vélos flambant neufs enfourchés pour promouvoir l’égalité dans le sport, neuf athlètes musulmanes, habituées à s’illustrer dans d’autres disciplines, ont changé de braquet pour sillonner l’Iowa le 19 juillet dernier, prêtes à avaler les kilomètres afin de défendre un droit fondamental : l’accès des femmes à la pratique sportive et leur participation accrue aux compétitions de haut niveau.

Originaires du Pakistan, d’Iran, de Jordanie, d’Egypte, d’Afghanistan, et incluant des régionales de l’étape, nées sur le sol américain, ces jeunes sportives ont formé une équipe sans frontières particulièrement soudée et motivée, se démarquant par un éclectisme qui en a fait la singularité et l’attrait. Parmi elles, une haltérophile médaillée aux Jeux Olympiques, une joueuse de football afghane et une snowboarder iranienne ont attiré tous les regards, alors qu’elles pédalaient efficacement et en cadence avec leurs six autres coreligionnaires dans le cadre de la 43ème édition du Tour de l’Iowa en vélo organisé par l’association RAGBRAI qui fêtait dignement, et en roue libre, son cinquantième anniversaire.

Notre mission première a toujours été de promouvoir la participation des femmes dans le sport comme un droit essentiel, avec l’espoir chevillé au corps de faire des émules et d’amener toutes les femmes, sans exclusive, à se hisser au plus niveau“, a déclaré Nanci Freed, l’une des responsables de RAGBRAI, en se félicitant de la présence de femmes musulmanes dans un peloton roulant à vive allure contre les préjugés tenaces et le sexisme d’où qu’ils viennent… Ces redoutables petits grains de sable capables d’enrayer les mécanismes les mieux huilés…

Avant de donner leurs premiers coups de pédales, les mains sur le guidon et les pieds glissés dans les cale-pieds, cinq de ces neuf athlètes musulmanes ont volontiers pris la pose, espérant éveiller la fibre sportive et insuffler le goût du dépassement de soi aux jeunes filles musulmanes, d’Amérique et d’ailleurs.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le pitoyable numéro d’hypocrisie de Sarkozy en Tunisie

François Rouge, banquier suisse, raconte comment blanchir l’argent