in ,

En Allemagne, la théologie islamique émerge à l’université

Des instituts universitaires de théologie islamique existent dans une dizaine d’universités publiques allemandes. S’inspirant de leurs homologues protestants et catholiques, ils contribuent à faire évoluer le discours musulman, même si les défis restent nombreux. L’islam, pourquoi c’est compliqué ?

Il y a dix ans exactement étaient fondés, en Allemagne, les premiers instituts universitaires de théologie islamique. Au nombre de cinq au départ, ils sont désormais onze à travers le pays, d’Osnabrück à Francfort, en passant par Münster et Berlin. « En dix ans, nous pouvons affirmer que la théologie islamique s’est établie en Allemagne », estime Bülent Ucar.

Directeur de celui de l’université d’Osnabrück, en Basse-Saxe, il est l’un des initiateurs de ce projet soutenu par le ministère fédéral de l’éducation et par les autorités des diverses régions concernées. Deux mille cinq cents étudiants, dont deux tiers de femmes, ont suivi ces cursus à travers le pays. « Nous avons nos premiers diplômés, nos premiers doctorants ; nous comptons une cinquantaine de professeurs et nous formons des enseignants de religion islamique pour les écoles publiques. Cela fait partie de nos objectifs initiaux », résume-t-il.

Publicité
Publicité
Publicité

Ouverture à l’islam dans les années 2000

En Allemagne, écoliers du primaire, au collège et au lycée ont en effet droit à un enseignement religieux dans les écoles publiques. Au départ limité aux confessions catholique, protestante et juive, cet enseignement s’est ouvert à l’islam dans les années 2000. La création des instituts de théologie islamique, au sein des universités publiques, satisfait ainsi à la nécessité de former des professeurs.

« Cet enseignement dans les écoles publiques est un symbole très fort qui répond à la demande de plusieurs associations islamiques afin que les musulmans soient traités à égalité avec les catholiques et les protestants », explique Sylvie Toscer-Angot, maître de conférences en études germaniques à l’université Paris-Est-Créteil et auteure d’un ouvrage sur l’islam dans le système éducatif allemand (1).

Lire la suite sur La Croix

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Covid-19 : épargnés par la crise, les milliardaires ont vu leur fortune grimper en 2020, selon Oxfam

L’islam n’est pas une idéologie mais une spiritualité