in

DSK, entre scandale de Lille et désaveu de ses filles

Une semaine sans entendre parler de DSK, sans même voir son nom à la une de toutes les feuilles de choux, de Paris à New-York, jusqu’à Vladivostok, finirait presque par nous plonger dans une langueur monotone…Heureusement, le nouveau scandale du Carlton de Lille et le désaveu de ses propres filles arrivent à point nommé pour dissiper notre crainte d’un long hiver morose, qui ne pourrait égaler l’ébouriffant printemps !

Il faut dire que notre insatiable Casanova national a eu aussi son printemps précoce, ahurissant, et sous les caméras du monde entier, mais à la manière d’une bourrasque cinglante qui n’a eu de libérateur que la révélation de sa face cachée. Son retour en France, sans fers aux pieds, n’eut rien de l’été indien, car dans l’abîme sans fond de ses frasques sans frontières, l’affaire Tristane Banon a fini de le démystifier.

Et, voilà que l’on reparle de lui, et que son nom figure encore au générique d’agapes et de parties fines entre puissants. Le Carlton de Lille a surgi dans l’actualité, l’hiver sera chaud ! Qui dit affaire de proxénétisme dans l’enceinte d’un palace aux suites somptueuses, dit DSK, forcément ! Cité par des prostituées, DSK fait partie d’un casting où il n’y a rien que du beau linge, dont un policier de renom de Lille. Comment ne pas avoir une pensée émue pour la mairesse Martine Aubry, et pour le fameux pacte de Marrakeck, qui a dû se consumer dans le brasier de la honte.

Ceux qui sont d’humeur maussade à la vue des premières gelées matinales, craignant qu’elles n’engourdissent tout sur leur passage, peuvent être rassurés : la saga familiale rebondit, DSK est à présent renié par sa progéniture ! “ Ce qui était extrêmement douloureux, c’était de voir Anne se dégrader au fur et à mesure ”, s’épanche Marine Strauss-Kahn, la deuxième fille de l’économiste déchu. Une confession livrée bien avant la tourmente New Yorkaise, aux auteurs de la biographie “ Anne Sinclair, femme de tête, femme de cœur », et reprise par Gala.

“ Rentrer en France, affronter le regard des gens : c’était une deuxième claque pour Anne. Tandis que lui s’en fichait ! », désapprouve vivement sa grande soeur, Vanessa Strauss-Kahn, et aînée de la fratrie. « Alors, des femmes qui affirmeront avoir eu une liaison avec papa, il y en aura encore. Ce sera peut-être vrai pour certaines (…) Si cela n’a pas d’impact sur les sondages électoraux, cela en aura sur Anne et sur nous. Est-ce que, du coup, il devrait renoncer à se présenter à la présidentielle ? Eh bien, peut-être, oui… », poursuit-elle sans illusions.

Si son clan d’inconditionnels socialistes persistent à l’absoudre, dont l’actuel proche lieutenant de François Hollande, Pierre Moscovici, qui répétait à l’envi au moment du scandale du Sofitel : « cela ressemble tellement peu à Dominique », que restera-t-il dans l’inconscient collectif du docteur Jekyll et Mister Hyde des hautes sphères ? Certainement sa face la plus sombre parce qu’elle a révélé son vrai visage. Un visage très familier pour ses deux filles, Marine et Vanessa Strauss-Kahn, pour qui le printemps américain fut néanmoins l’hiver de toutes les vérités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crèche Baby Loup : la justice interdit le voile dans une structure privée

Le clash entre Eric Zemmour et Edwy Plenel