in ,

Drame à l’école aux Etats-Unis : 100 lycéens trouvent refuge dans une mosquée grâce à une élève musulmane

Trois jours après le énième drame survenu dans un établissement secondaire américain, l’effroi se lit encore dans les yeux de la jeune Duaa Ahmad, 17 ans, la sauveuse providentielle de 100 lycéens de son école.

Hantée par les cris de ses camarades et les coups de feu qui éclatèrent brusquement, troublant la quiétude d’une matinée de classe ordinaire, cette courageuse jeune fille musulmane peine à réaliser qu’elle fait aujourd’hui figure d’héroïne locale, dans un Wisconsin élogieux et plein de gratitude à son égard.

Portée aux nues par les autorités de l’Etat et de sa ville d’Oshkosh, rien ne semblait pourtant prédisposer cette élève de Terminale, passionnée de littérature et très attachée à sa religion, à s’illustrer par un acte de bravoure exceptionnel. Jusqu’à ce mardi 3 décembre funeste où, face au danger imminent personnifié par un élève de 16 ans qui venait de poignarder un agent de police scolaire (l’adolescent a été abattu) et au vent de panique qui se mit à souffler sur son lycée, Duaa Ahmad puisa en elle des ressources insoupçonnées.

Bien que terrifiée, la vaillante jeune fille n’a pas cédé à l’affolement général, et avec une présence d’esprit remarquable, elle a incité tout le monde, élèves comme professeurs, à aller se réfugier vers un abri sûr : sa mosquée qui se trouve à proximité de l’école.

Publicité

«On avait tous peur. Les élèves de ma classe pleuraient, nos professeurs essayaient de nous réconforter, mais on voyait bien qu’ils étaient, eux aussi, effrayés. C’était la panique totale. Nous étions si confus et bouleversés que ne savions plus quoi faire. Fallait-il fuir ou rester dans nos classes ? », s’est souvenue avec émotion Duaa Ahmad.

A la surprise générale, la jeune fille musulmane, très studieuse et si discrète, a soudainement décidé de prendre les choses en main, faisant preuve d’une autorité inhabituelle qui a convaincu ses camarades de la suivre. Ni une ni deux, elle a couru vers la mosquée avoisinante Masjid Qamar Oshkosh, que de nombreux lycéens non musulmans connaissent bien pour se garer sur son parking, a composé le code d’entrée, puis a ouvert les portes du lieu de culte dans lequel s’engouffrèrent une centaine d’élèves. Elle a ensuite appelé son père, Saad Ahmad, pour lui expliquer ce qu’il venait de se passer.

Publicité

Mort d’inquiétude, celui-ci a quitté précipitamment son travail pour voler à la rescousse de sa fille et de ses camarades de classe, les bras chargés de gâteaux, de thermos de café et de thé, et de couvertures. «Je dois le dire, j’ai été très impressionné par le sang-froid de ma fille. Je ne la connaissais pas sous ce jour-là », a-t-il déclaré, bouleversé, en précisant que grâce à l’intervention des forces de l’ordre, les 100 lycéens, sains et saufs, ont pu rejoindre leur famille assez rapidement.

« On pense toujours que cela n’arrive qu’aux autres, qu’un tel drame ne peut se produire qu’à des milliers de kilomètres de son école, de chez soi. Je suis vraiment heureuse que ma mosquée ait été un lieu sûr pour les jeunes de mon âge. Comme chaque lieu de culte devrait toujours l’être : un havre de paix pour tous, peu importe qui vous êtes », a souligné Duaa Ahmad.

D’une grande humilité, la jeune héroïne du Wisconsin, musulmane et voilée, ne se laissera pas emporter par le tourbillon de la gloire médiatique. Même si les lauriers qu’on lui tresse sont amplement mérités, elle répond sobrement aux discours flatteurs : « Je n’ai fait rien fait d’extraordinaire. C’est ce que n’importe qui d’autre aurait fait dans une telle situation ». Elle n’en ressort que plus grandie dans l’Amérique de Trump.

Les images de la vidéosurveillance ont immortalisé son sauvetage héroïque :

Publicité

Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est un travail héroïque et merveilleux de cette brave fille et cela indique que la religion islamique est une religion de tolérance, d’amour et de coopération pour le bien et la propagation de la paix.

      • mesencephale : Certainement un geste, pour compenser celui du musulman qui a tué trois personnes sur la base Américaine; les vases communiquant, selon Allah !

      • oui c’est pourquoi vous les avez balancé dans la seine … tu vois
        Bref, t’es sûr de pas vouloir franchir la porte? vraiment?
        allez pas de manière, y a des gâteaux, thé à la menthe, … on dira à personne
        en tout cas, si tu veux te soulager, il y a de l’eau et ce qu’il faut pour te changer
        hé, je laisserai la porte ouverte, rentre discrètement et surtout ferme après que ton cousin le dégénéré ne puisse pas rentrer.
        Bisous, ne t’en fais pas pour cheyenne elle est déjà dedans la première, elle s’est mise même un tissu sur la tête. Ca lui va à ravir. Ne l’appelle pas, elle fait sa prière accompagnée du zéro et toute la bande.
        Quand ton cinéma te sera passé, ferme. On t’aime notre leroy, je t’échangerais contre le prétendu roi du maroc. vive leroy

        • marocain : Pourquoi, vouloir faire porter la responsabilité, d’ éventements qui se sont passés il y 60 ans a un jeune qui n’ en a que trente ?
          Simplement, parce que le hasard l’a fait naitre français !
          Alors, puisque le hasard, t’as fait naitre musulman, accepte, que les autres fasses eux aussi, l’ amalgame, donc, tu es un terroriste , comme ça l’ équation, est simple !!!!!!

          • elle est de quel degré ton équation bebette?
            puis voyons, le hasard t’a fait naître quoi?
            puisqu’on est dans le hasard qui “m’a fait terroriste”, peux-tu compléter les égalités:
            p(leroy a 30 ans)=p(la poule a des dents)=p(cheyenne a un cerveau)=…

            vive cheyenne

    • Non, Leroy, je l’imagine plutôt comme agresseur, encensé par l’extrême droite qui aime toujours ceux qui détruisent une jeunesse un peu trop métissée à son goût…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Comments

0 comments

Publicité

Présidentielle Algérie : les militaires, maîtres du jeu

Un Saoudien tue trois personnes sur une base navale américaine