in

Deux femmes voilées éjectées d’un bus en Russie

Il se croyait maître à bord de son bus, convoyant les passagers qui lui semblaient plus catholiques que d’autres, et refoulant sans ménagement ceux dont les signes extérieurs d’islamité lui polluaient la vue, un chauffeur de la localité russe de Kaliningrad a perdu de sa superbe devant la Cour centrale de la région qui ne lui a trouvé aucune circonstance atténuante pour avoir éjecté deux femmes voilées, la mère et la fille.

Les faits remontent au mois de juin, les deux femmes revêtues d’un hijab avaient alors pris place dans le bus de la ligne 2, glacées par le regard menaçant du chauffeur de bus mais sans imaginer toutefois que cela irait plus loin. Quelle ne fut pas leur stupeur quand, à l’arrêt suivant, elles l’ont vu soudainement se lever de son siège et foncer droit sur elles, afin de leur ordonner de descendre avec une violence verbale inouïe qui leur a fait craindre le pire.

La mère et la fille, effarées et apeurées, se sont exécutées et ont quitté ce bus infernal, mais une fois rentrées chez elles, leurs accus rechargés et soutenues par la communauté musulmane locale, c’est devant la justice qu’elles ont traîné ce dangereux énergumène qui se pensait tout-puissant derrière son volant et au-dessus des lois.

Blâmé sévèrement et condamné à payer l'équivalent en roubles de 457 $ de dommages et intérêts moraux, le chauffeur de bus a fait profil bas devant ses deux victimes expiatoires, qui attendaient fébrilement le verdict des juges pour panser leurs séquelles psychologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le roi de Suède adresse ses voeux aux Palestiniens à l’occasion de leur Journée nationale

L’UOIF en colère après avoir été classée sur la liste des organisations terroristes