in

Des parlementaires européens appellent à sanctionner Israël

Ils forment le groupe des 63 qui ne s’en laisse pas conter au sein du club des 28 qui tend à aller dans le sens du vent, des députés européens issus de différents groupes politiques et pays membres de l’UE ont pris leur plume la plus revendicatrice pour exiger de Frederica Mogherini, la haute représentante de l’Union Européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, la suspension toutes affaires cessantes de l’accord d’association qui lie l’Europe à Israël.

Ces parlementaires qui échappent miraculeusement à l’hypocrisie ambiante, n’étant ni gagnés par la cécité, ni par l’amnésie collective au sujet de Gaza dévastée et endeuillée au cours d’un été 2014 sanglant, ont appelé, mardi, dans une lettre qui n’a pas fait dans la périphrase alambiquée à sanctionner Israël et son effroyable impunité.

Détruisant le mythe des « frappes chirurgicales », ce paravent d’un cynisme sans nom derrière lequel cet Etat criminel s’est abrité pour bombarder aveuglément les domiciles, les écoles, les mosquées, les hôpitaux, et les infrastructures civiles de l’enclave palestinienne, massacrant au final plus de 2200 Gazaouis et plus de 700 enfants, les 63 empêcheurs de bafouer les droits de l’Homme en rond ont rappelé une vérité terrifiante, corroborée par les rapports accablants d’Amnesty International, sur laquelle pèse l’épaisse chape de plomb du silence international.

L’article 2 de l’accord d’association UE-Israël note que les relations reposent sur le respect des droits de l’Homme et des principes démocratiques. L’échec de l’UE à réagir adéquatement aux violations d’Israël, passe à ce pays le message que ses violations des droits de l’Homme seront tolérées. En outre, l’inaction de l’UE quand Israël est en question, ne s’accorde pas avec les sanctions imposées ces derniers mois contre la Russie pour la crise de l’Ukraine, et contre une trentaine d’autres pays dans le monde”, ont-ils dénoncé dans leur missive.

Pour ces parlementaires, encore minoritaires dans un hémicycle européen qui préfère, comme tous les autres, fermer les yeux, éluder l’épineux sujet, voire se replier dans un déni ahurissant, il est impérieux d’envoyer un signal fort à Israël, le seul qu’il puisse comprendre, en cessant momentanément l’accord d’association scellé avec lui en 2 000. Un accord qui, selon les termes de l’étroit partenariat conclu, favorise un dialogue politique régulier, une liberté de mobilité des capitaux et la libéralisation des services, tout en consolidant entre autres l’accord de libre-échange signé entre les deux parties en 1970.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Silvia Naef : « La figuration a existé, depuis les débuts de l’Islam »

Geneviève de Fontenay emmène ses Miss au McDo “pour éviter les djihadistes” (vidéo)