in

Des musulmans à pied d’œuvre pour sauvegarder une église des Philippines

Préserver, réhabiliter, transmettre l’inestimable richesse du patrimoine pour réinventer l’avenir, les uns avec les autres, transcende les religions et a, en l’occurrence, conduit des musulmans des Philippines à se surpasser, impressionnant leurs concitoyens chrétiens par la beauté de leur geste qui restera à jamais ancré dans les mémoires : se rendre au chevet d’une chapelle, construite dans les années 80, et récemment incendiée dans le conflit qui oppose les forces armées gouvernementales aux « insurgés musulmans » du Front Moro de libération nationale qui militent pour libérer le sud du pays.

Munis d’outils de charpentiers et mettant du cœur à l’ouvrage, ces musulmans exilés pour la plupart à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, n’ont pas hésité à boucler leurs valises pour voler au secours de l’église en péril de Santa Catalina, qui a payé un lourd tribut à une guerilla indépendantiste longue de trois décennies.

Retraversant les frontières d’un territoire familier qu’ils avaient laissé derrière eux, ces derniers, supervisés par un policier à la retraite, le très entreprenant Sukarno Ikbala, ont débarqué dans la localité de Zamboanga non pas pour jouer les touristes, mais en s’étant auto-investis d’une noble mission de réhabilitation architecturale.

Le grand come-back des « Esperanza », ainsi qu’ils se sont eux-mêmes dénommés en signe d’espoir, ne passa pas inaperçu et fut même imputé à la recherche de mosquées endommagées à rénover, personne n’imaginant, ne serait-ce que l’ombre d’un instant, que ces revenants musulmans étaient déterminés à se retrousser les manches, à travailler à la sueur de leur front, et à puiser dans leurs propres deniers et ressources, pour panser les plaies béantes d’une paroisse locale qui fut la proie des flammes.

Aussi, quelle ne fut pas la stupeur des habitants majoritairement catholiques de la bourgade, lorsqu’ils découvrirent les vraies motivations qui les animaient, l’étonnement général laissant très vite place à l’admiration unanimement partagée, chacun louant ce formidable élan de solidarité si magnifiquement islamique comme la plus belle main tendue qui soit vers l’Autre, ce frère en Dieu.

"Nous sommes très heureux de cet incroyable sauvetage réalisé par nos frères musulmans, et tous les habitants de Santa Catalina sont profondément touchés par leurs efforts. Nous leur sommes tellement reconnaissants de leur aide si précieuse", a déclaré, visiblement bouleversé, Jimmy Villadores, le premier magistrat de la cité.

"Les travaux de restauration ont à peine commencé depuis un mois, que déjà environ  90% des dommages sont réparés", s’est réjoui le Père Michael Ufana de la paroisse Saint-Joseph, avant d’être à son tour submergé par l’émotion à la vue d’un lieu de culte chrétien remis en état et embelli grâce à l’extraordinaire mobilisation de musulmans si dévoués et pleins d’abnégation qui, de leur côté, éprouvent l’immense satisfaction d’avoir porté haut les valeurs de l’islam, l’espoir d’un monde meilleur en bandoulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Islamophobie rampante en France ? (vidéo)

Le corps des musulmanes, un champ de bataille géopolitique