in ,

De l’indécence du festival Mawazine

Le festival Mawazine à ses débuts avait une connotation artistique et culturelle très recherchée. Des concerts de Jazz classique à la musique andalouse organisés sobrement dans les jardins fleuris de Chellah, jusqu’aux manifestations théâtrales et artistiques improvisées dans les avenues de Rabat, c’était un festival qui se voulait d’un grand raffinement. Malheureusement, d’année en année, il a perdu de son âme pour se transformer en une grosse machine médiatique véhiculant de moins en moins l’art et ses finesses et de plus en plus de « mégas shows » à la limite du grotesque vu l’ampleur de l’argent déboursé en cachets des artistes.

Il ne s’agit pas de critiquer la programmation ou l’organisation d’un festival surtout si ce dernier se veut un espace de liberté, de divertissement et de créativité artistique, dont les citoyens ont besoin aussi bien pour se délasser que pour s’éduquer culturellement parlant. Mais, il s’agit plutôt de dénoncer les abus et les excès d’un festival qui a atteint les limites du concevable voir de la décence, en continuant à étaler son colossal budget comme un pied de nez à la contestation sociale actuelle que connaît le Maroc en particulier et le monde arabe en général.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, la programmation de Mawazine cette année avec son corollaire de dépenses colossales est une insulte à l’intelligence des marocains qui revendiquent la dignité, le droit au travail, la lutte contre la pauvreté et l’injuste répartition des richesses du pays voire leur expropriation par une élite corrompue.

Cette année, vu la conjoncture sociopolitique, on pensait que les organisateurs auraient eu au moins la subtilité de revoir à la baisse leur programmation et faire preuve de retenue morale…c’est le moins que l’on puisse dire …Mais l’insistance et l’entêtement avec lequel on veut nous imposer un festival dont le but , les moyens et la gestion financière est aux antipodes des revendications sociopolitiques est la preuve que l’on fait fi des souffrances du peuple et pire que l’on veut noyer sa revendication légitime dans les fastes d’un divertissement rocambolesque.

Alors le moins que l’on puisse faire c’est de boycotter un festival qui au lieu d’être un espace artistique sur la même longueur d’onde que son public, ou du moins capable de mettre du baume sur des cœurs humiliés, est entrain d’accentuer les frustrations et les rancœurs sociales déjà profondément ancrées.

Il faut donc boycotter et refuser d’être les spectateurs d’un show qui par ses dérives ostentatoires n’est que pure indécence…

Note :

* Mawazine est un festival qui se tient à Rabat depuis une dizaine d’années , voir la programmation de cette année avec entre autres la star colombienne Shakira ….et on aura une idée sur le budget de ce festival dans un pays comme le Maroc ! http://www.festivalmawazine.ma/fr/programme-2011/concerts.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Nous avons marché dans la rue devant les policiers, sans nous faire interpeller »

Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel, ignorait qui était DSK