in

Ça chauffe entre les salafistes tunisiens et Ennahda

Les Frères musulmans qui ont toujours détenu le monopole  de l’expression de l'islam dans l'espace public, sont désormais confrontés à la  mouvance  salafiste qui est déjà devenue  un concurrent électoral particulièrement sérieux en Égypte, et  pourrait également le devenir  en Tunisie.  Conscients de cette perspective guère réjouissante,  certaines personnalités d'Ennahda, ont décidé de cibler les salafistes , à l'instar de l'actuel Premier ministre Ali Laarayedh, qui a fait de ces derniers une menace.

Loin d'être intimidé par les propos du chef de gouvernement tunisien, Khamis Majeri  un des leaders du salafisme dans ce pays, s'est empressé" de lui répondre dans un entretien accordé à l'hebdomadaire "Assabah al-Ousboui".  A cette occasion,  le Cheik Majeri a sorti l'artillerie lourde en affirmant que   "le salafisme est  « ennemi juré du parti Ennahdha, qui, arrivé au pouvoir, a sacrifié la religion pour garder le pouvoir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des lois contre les musulmans, pour plus de laïcité ?

Une rumeur Internet sur deux est islamophobe