,

Brice Hortefeux cité devant le tribunal correctionnel le 16 avril, pour injure raciste

Le MRAP a fait citer Brice Hortefeux pour injures à caractère raciste devant la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris, où il doit comparaître ce vendredi 16 avril à partir de 13.30 heures.

Monsieur Hortefeux avait, le 5 septembre 2009, tenu de propos qualifiés d’injures racistes par le MRAP. En sa qualité de dirigeant de l’UMP, Brice Hortefeux assistait à l’université d’été de son parti à Seignosse, dans Les Landes. Un jeune homme membre de l’UMP, Amine Brouch-Benalia, avait ce jour-là été présenté à Monsieur Hortefeux pour se faire prendre en photo. Les personnes présentes autour d’eux avaient alors ironiquement précisé : « Lui il parle Arabe », « ça, c’est l’intégration ! », « il boit de la bière », « il mange du cochon » ou encore « en plus, il est plus grand que nous ! »

Puis, deux propos ont alors été tenus par Monsieur Hortefeux, qui lui valent de comparaître au tribunal correctionnel ce vendredi. Le premier consistait à dire : « Il ne correspond pas du tout au prototype », renvoyant les personnes d’origine arabe à des modèles fabriqués sur « prototype ». La seconde expression utilisé par Brice Hortefeux exclut, de fait, les personnes d’origine arabe du pacte social et du Vivre-ensemble : « Lorsqu’il y en a un, ça va ; c’est lorsqu’il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »

Maître Pierre Mairat, en charge du dossier, représentera les intérêts du MRAP.

L’obsession des origines marque, actuellement, fréquemment l’actualité politique en France. Après les propos de Nadine Morano sur « le jeune musulman », de Gérard Longuet sur Malek Boutih qui ne serait pas issu du « corps traditionnel français » ou encore du maire FN de Neuffontaines en Bourgogne – : « Quelqu’un qui s’appelle Mohammed n’est pas Bourguignon. » -, on peut considérer que tout ceci est révélateur d’une terrible réalité : l’incapacité, pour la classe politique, de considérer ces jeunes Français comme des Français à part entière.

Pour le MRAP, il est urgent de sortir de cette obsession des origines, de l’appartenance « ethnique » et des « identités » prétendument figées, pour donner à chaque être humain sa valeur propre. Cela passe, aujourd’hui, par une condamnation des propos constitutifs d’une injure raciste, tenus par Monsieur Brice Hortefeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *