in

Blois : Hicham et Smaïn, deux cousins, victimes d’un crime odieux

C’est une macabre découverte qui attendait les gendarmes de Blois, mardi 10 mars, vers 22h15, lorsque arrivés devant une fourgonnette abandonnée en feu, qu’ils avaient préalablement repérée et jugée éminemment suspecte, ils ont aperçu, au milieu des flammes, ce qui ressemblait à deux corps à l’arrière du véhicule. Deux formes humaines particulièrement difficiles à détecter à l’œil nu sous l’épaisseur des couvertures qui les enveloppaient, telles des momies en train d’être réduites en cendres, ni vu ni connu…

Que s’est-il donc passé, cette funeste nuit-là, à Saint-Lubin-en Vergonnois, un hameau de 700 âmes, situé à 7 km de Blois ? Pourquoi a-t-on cherché à faire disparaître les victimes d’un crime odieux, deux Orléanais unis par les liens du sang, les deux cousins et pères de famille, Hicham, 35 ans, et Smaïn, 20 ans, qui avaient quitté Orléans lundi soir à bord d’une Mercedes, localisée ultérieurement à Blois par la police, le premier ayant un rendez-vous à honorer et ayant demandé au second de l’accompagner ? Qu’est-ce qui a poussé un jeune Blésois de 25 ans, au sujet duquel la justice ne s'est guère appesantie, indiquant laconiquement qu’il était au chômage, à les assassiner sauvagement, puis, au terme d’une cavale de moins de 24 heures, à se rendre à la police et à reconnaître son double homicide ?

Paradoxalement, le mystère, nimbé de zones d’ombre, reste entier, car même si le principal suspect ne court plus dans la nature et est passé aux aveux, – sa mise en examen pour « homicides volontaires » et son incarcération devant intervenir très rapidement – , les raisons de son double meurtre prémédité par balle sont loin d’être limpides pour la procureur de la République, qui évoque même des « incohérences » dans le récit des faits, n’écartant aucune piste, ni l’implication d’autres protagonistes.

Alors que les familles des défunts Hicham et Smaïn, en proie à la sidération, pleurent ces deux êtres chers décédés dans des circonstances tragiques, une collecte a été lancée samedi par l’association Alif Lâm Mîm afin de subvenir aux besoins de leurs veuves et enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Buraaq, le super-héros musulman, s’invite dans les foyers américains

Netanyahu et le Likoud sont-ils en passe de perdre les élections ?