in

Buraaq, le super-héros musulman, s’invite dans les foyers américains

Il avait pris forme, en janvier 2011, sous la plume romanesque et le crayon inspiré de deux artistes américains de confession musulmane, Adil Imtiaz et Kamil Imtiaz, "Buraaq", le super-héros de bande dessinée, épris de justice et de vérité, vient de prendre vie et force sur la petite lucarne cathodique, dans le cadre d’une série télévisée d’animation où il s’incarne plus que jamais en défenseur de la veuve et de l’orphelin.

Dans la continuité d’un album de BD, mêlant subtilement mystère, action et aventures fantastiques, qui mettait en lumière l’humanisme de l’islam et son éthique universelle à travers son jeune premier, Yusuf Abdullah, un musulman ordinaire vivant à Nova City et doté de pouvoirs extraordinaires mis au service de la lutte contre toutes les formes d’injustices, la version en 3D destinée au petit écran fait la part belle à la revalorisation du message coranique par des narrateurs musulmans qui se sont réappropriés le récit de la tradition prophétique. Un récit parasité et dénaturé par la rhétorique délétère véhiculée par des médias dominants, et ce, d’une rive à l’autre de l’Atlantique, ainsi que par la banalisation de l’ignorance, source d’intolérance et de fantasmes désastreux.

"Au cours des dernières années, nous avons commencé à réaliser qu'il n’existait pas de personnages musulmans positifs dans le monde du divertissement grand public. Que ce soit  au cinéma, à la télévision, dans des livres ou des bandes dessinées. Après le 11 septembre, les musulmans étaient systématiquement dépeints de manière négative et patibulaire par les médias mainstream, et cette diabolisation est allée crescendo", a expliqué Adil Imtiaz, l’un des deux fondateurs de la société de production SplitMoonArts. "Il nous a semblé qu’il était grand temps de mettre à profit nos compétences artistiques très complémentaires pour combler ce vide cruel, et donner naissance à un super-héros musulman qui serait une magnifique source d’inspiration pour la jeunesse musulmane", a-t-il précisé.

En référence à la tradition islamique et à Al-Buraq, ce coursier fantastique venu du paradis et qui fut la monture du prophète Muhammad (saws) lors de son voyage nocturne, le preux chevalier "Buraaq" s'invite dans les foyers américains en tordant le cou avec panache aux préjugés islamophobes, avant de débarquer, dans un proche avenir, sur grand écran, où il entraînera un large public dans sa fabuleuse odyssée porteuse de belles valeurs musulmanes. 

"Notre vœu le plus cher est de voir Buraaq bientôt projeté sur grand écran, s’il plaît à Allah!", se sont exclamés ses deux créateurs qui s’emploient, armés de leur seule conviction, à faire entrer leur super-héros musulman dans une nouvelle prodigieuse dimension.

L'interview donnée par Adil Imtiaz en 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Algérie: L’ex-épouse d’Al Qaradaoui revendique le droit des femmes à fréquenter les cafés populaires

Blois : Hicham et Smaïn, deux cousins, victimes d’un crime odieux