in

Banlieues : Eric Zemmour assimile islam et délinquance

Récidive. Samedi, le chroniqueur Eric Zemmour a tenu des propos singuliers sur l’antenne d’I Télé en dressant un parallèle entre regain de la délinquance en banlieue et pratique accrue de l’islam.

Sollicité à propos d’une déclaration du ministre de l’Intérieur selon lequel il n’y avait « pas de zone de non-droit » en France, le journaliste du Figaro a développé-sans l’étayer par des faits précis- une corrélation entre la seconde religion du pays et l’accroissement du banditisme dans les quartiers populaires : « C’est souvent le droit du plus fort….souvent le droit des bandes. On nous explique dans Le Monde que c’est parfois le droit de l’islam ». Eric Zemmour fait là référence à l’article du quotidien faisant état d’un rapport dirigé par le chercheur Gilles Kepel et dévoilé la semaine dernière par l’Institut Montaigne.

Publicité
Publicité
Publicité

Le polémiste renchérit : « L’ordre est maintenu par d’autres. Par les clans, par les voyous, parfois par l’imam… Il y a un ordre concurrent, un ordre qui s’est substitué à l’ordre républicain ». D’ordinaire plus conciliant, son interlocuteur Nicolas Domenach du journal Marianne a vivement marqué son désaccord en lui rappelant, au-delà de son « glissement abusif », que le rapport ne contenait aucunement son analyse associant délinquance et islam. Cela n’empêchera pas Eric Zemmour de vouloir conclure de manière péremptoire sur son idée-maîtresse : l’intensification de la pratique religieuse et le repli communautaire constituent, à ses yeux, la cause
 et non la conséquence- de la « ghettoïsation ».

Publicité
Publicité
Publicité

Après son dérapage relatif à l’origine ethnique des trafiquants, son approbation-condamnée par la justice- de la discrimination à l’embauche et sa récente incitation au contrôle « normal des Arabes et des Noirs » par la police, l’homme évincé de France 2 continue de propager un discours idéologique sous couvert de journalisme politique. Déjà ravis par sa dernière interview complaisante de Marine Le Pen, ses admirateurs qui lui vouent un culte systématique -notamment les lecteurs des sites Fdesouche, Riposte laïque et Enquête&Débat devraient être rassurés : l’invité régulier des déjeuners de l’Elysée et des colloques de l’UMP n’a rien perdu de son militantisme islamophobe. Quant au Conseil français du culte musulman, son silence est -comme à l’accoutumée- à la mesure du vacarme causé ailleurs par son homologue du CRIF : assourdissant.

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Il n’en demeure pas moins que c’est dans les quartiers peuplés d’immigrés (ou de leurs descendants) qu’on rencontre le plus de trafics et de délinquance.
    Il n’en demeure pas moins que beaucoup de terroristes (comme Merrah ou Kelkal) ont d’abord été des délinquants.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le père syrien de Steve Jobs entre en scène

Maroc-Algérie : des associations appellent à l’ouverture des frontières