in

Apologie du terrorisme : six mois ferme pour un déficient mental

En Isère, un jeune homme de 28 ans a écopé de six mois de prison ferme pour apologie du terrorisme. Problème : il a été reconnu déficient mental, et sa condamnation crée un début de polémique.

Aïkel a dormi en prison, cette nuit. Mercredi, il a été condamné à six mois de prison ferme pour apologie directe et publique d’actes de terrorisme, par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu (Isère). Le jeune homme de 28 ans a été interpellé dimanche par les forces de l’ordre pour s’être moqué des attentats ayant visé la rédaction de Charlie Hebdo, quelques jours auparavant.

"Ils ont tué Charlie, moi j'ai bien rigolé. Par le passé ils ont déjà tué Ben Laden, Saddam Hussein, Mohamed Merah et de nombreux frères… Si je n'avais pas de père, ni de mère, j'irai m'entraîner en Syrie", avait-il clamé, visiblement éméché. Des propos qui ne sont pas passés et qui ont provoqué la sévérité du tribunal. Pourtant, qualifié comme "simple d’esprit" par son avocate, Aïkel est vu par un expert psychiatrique peu avant l’audience. Il a été jugé comme étant une personne "immature, souffrant d’une altération certaine du discernement". Il touche par ailleurs une allocation pour adulte handicapé. Depuis l’annonce du verdict, de nombreuses réactions indignées ont été exprimées sur la toile.

Lire la suite sur Metronews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

José Bové dénonce l’entêtement du gouvernement algérien sur le gaz de schiste

Un jeune musulman américain défie crânement les préjugés islamophobes