in

Algérie : des milliers d’étudiants dans les rues pour dire “Non” à l’élection présidentielle

A quelques encablures d’un 12 décembre fatidique dont ils refusent l’inéluctabilité, des milliers d’étudiants algériens sont à nouveau descendus dans les rues d’Alger, et d’autres villes universitaires du pays, pour dire « Non » à l’élection présidentielle avec une ardeur renouvelée.

Pour cette 40ème marche de protestation pacifique, ce mardi 26 novembre, la clameur de colère qui est montée de leurs rangs s’est faite plus retentissante que jamais, résonnant des slogans  « Non au vote de la honte avec la bande », « l’Algérie n’est pas à vendre », ou encore « Djazair Houra démocratia (Algérie libre et démocratique) ».

Avant de battre le pavé de la capitale, l’hymne national a été entonné avec ferveur par une jeunesse algérienne qui ne désarme pas, mue par la même volonté farouche de ne pas s’en laisser conter. Une distribution de roses aux étudiantes a suivi, afin de célébrer les « neuf mois du Hirak », ainsi que l’a précisé l’étudiant à l’origine de cette délicate attention.

Unis autour de leur rejet massif d’un scrutin présidentiel « organisé par les membres de la bande », qui n’augure rien de bon pour l’avenir démocratique de leur pays, les milliers d’étudiants algériens qui ont, hier, exprimé leur vive réprobation devant la sinistre mascarade électorale qui s’annonce, ont exhorté les cinq candidats en lice à « dégager ». « Dégager » toutes affaires cessantes et sans demander leur reste…

Publicité

 

Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est bien que le parlement Européen soit clair en condamnant le pouvoir militaire.
    Les pouvoirs, pas encore, histoire d’argent.
    La police Française avait arrêté le blogueur Amir-dz, parce que ce dernier a révélé le dernier plan de la junte militaire.
    Introduire des éléments de l’IRG au milieu des jeunes manifestants pour casser leur pacifisme.
    Ce plan est tombé, tout le monde est au courant.

  2. Une première au monde que l’armée se range du côté du peuple et mette les prédateurs qui ont pillé les pays sous les verrous.Alors, les oligarques qui ont les bras longs ne trouvent pas mieux que d”utiliser le hirak comme cheval de Troie.

  3. Zyriab,
    vous êtes sur quelle planète.
    Les généraux jouent au poker et misent une voiture, une maison,
    Maintenant ils misent le pays.

    Les jeunes sur les quarres point cardinaux du pays ont un seul mot d’ordre,
    Indépendance.
    L(Algérie reste un géant attaché.

  4. Sans mettre en doute l’honnêteté du journaliste Peut être n’a t-il pas pu voir les MILLIONS d’Algériens qui battent le pavé à travers TOUTE l’Algérie pour apporter leur soutien aux élections et qui affichent leur profond désir de faire sortir l’Algérie de cette crise politique et qui refusent l’Installation du chaos et de l’anarchie pour donner l’excuse à l’OTAN d’envahir comme à son habitude le pays et y installer à l’instar de la Yougoslavie la Libye l’Irak la Syrie et dernièrement la Bolivie .Le Liban le Yémen sans oser rappeler la catastrophe du Peuple Palestinien Ne pas comprendre ce qui attends l’Algérie si le peuple ne se reprends pas c’est de l’aveuglement et un CRIME contre le monde arabe et Musulman Rappelons que de tout les pays du Front (Antisioniste)seule l’Algérie tient encore debout

    • Bonjour
      Les Algériens veulent être libres en manifestant pacifiquement.
      Sans la liberté aucun avenir ni prospérité ne sont garanties.
      L’humain est par nature libre.
      L’Algérie, vous dites est debout mais où vous avez vu ça? J’ai vu l’image du président Algérien par intérim devant le Président Poutine parler comme une poule mouillée tout en tremblant au point que Poutine était choqué. Je vous demande juste de ne pas soutenir la mafia qui gouverne ce grand pays. Vous serez responsable de vos actes un jour très prochain!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Une première au Maroc : un Café 100% féminin va prochainement ouvrir ses portes

Algérie, 22 février-12 décembre 2019 : une Révolution pleine de promesses