in

Algérie : des liens militaires toujours plus forts avec Moscou

La Russie participera, en novembre, à un exercice militaire conjoint avec l’armée algérienne. Pour la première fois, il se déroulera sur le sol algérien.

« Bouclier du désert », un exercice militaire tactique rassemblant des parachutistes russes et algériens, se tiendra en novembre 2022 dans la 3e région militaire, à Hammaguir, dans la wilaya de Béchar (Sud-Ouest). Première manœuvre conjointe à se dérouler sur le territoire algérien, elle suit l’exercice d’octobre 2021, qui s’était déroulé en Ossétie du Nord, dans la Fédération de Russie.

Hammaguir est lieu hautement symbolique. À quelques encablures de la frontière marocaine, le site est resté sous contrôle français jusqu’en 1967, plusieurs années après l’indépendance de l’Algérie.

Publicité
Publicité
Publicité

(…)

L’exercice russo-algérien aura pour scénario la traque, l’encerclement et la neutralisation d’une large groupe de terroristes en milieu désertique. Lors du précédent exercice, en Ossétie du Nord, les deux armées avaient confronté leurs expériences dans le domaine de la lutte anti-insurrectionnelle et antiterroriste en milieu montagneux et forestier. Une centaine de parachutistes russes participeront à l’exercice de novembre.

Rapprochement tactique

L’Algérie est traditionnellement peu encline à inviter de forces étrangères sur son sol pour des exercices impliquant son armée de terre et son aviation. Sa marine participe néanmoins régulièrement à des entraînements de ce type avec les armées des États du pourtour méditerranéen.

Le rapprochement tactique avec la Russie a débuté en 2017 avec les premières participations de l’Armée nationale populaire (ANP) aux jeux militaires (Army Games) qu’organise Moscou tous les ans. Le succès de cette participation a convaincu l’ANP d’envoyer davantage d’hommes et d’organiser une partie des compétitions en 2021, une première en Afrique.

Publicité
Publicité
Publicité

Lire l’intégralité de l’article sur Jeune Afrique 

3 commentaires

Laissez un commentaire
    • Parfaitement, un char n’est pas une arme du vingt-et-unième siècle, sauf face aux peuples. C’est une arme bonne à vendre du point de vue du vendeur, la Russie en a probablement un grand stock à écouler, plusieurs fois l’Algérie lui a servi de client vide-grenier, j’ai même entendu une fois sur la Jazeera un représentant Russe expliquer s’agissant d’une commande importante, que c’était utile pour moderniser leurs forces et armements à eux. L’interviouveur a répliqué en substance, vous vendez vos armes déclassées pour moderniser les vôtres.

      L’armée Algérienne qui en définitive n’a servi qu’en réprescas, les forces militaires Marocaines sont chétives et limitées du fait de la débilité monarchique.

      Croissant de lune.

      sion, peu importe si on ne nomme pas ainsi la situation de guerre intérieure des années 1990, ne peut pas de ce fait se tenir pour une grande armée, mettons que ce soit un syndhicat militaire. L’Algérie n’est pas seule dans ce

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Un nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes

Israël-Turquie : reprise des relations diplomatiques