in

Un nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes

Ce matin, les forces d’occupation israéliennes ont envahi les bureaux de six des organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme parmi les plus importantes et les plus reconnues à l’échelle internationale : Addameer – association de soutien aux prisonniers et aux droits humains, Al Haq – le droit au service des Hommes, Bisan – centre de recherche et de développement, Defense for Children International – Palestinel’Union des comités de travail agricole, l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Selon certaines informations, l’Union des comités de travail de santé aurait également été visée. Les portes des bureaux ont été enfoncées, le matériel confisqué et des ordres militaires ont été déposés déclarant la fermeture de force des ONG au nom de “la sécurité dans la région, et pour combattre une infrastructure du terrorisme”.

Publicité
Publicité
Publicité

Après les récentes attaques sur la bande de Gaza, après les incursions meurtrières de l’armée d’occupation dans les villes palestiniennes et les vagues d’arrestations qui se suivent en Cisjordanie ou à Jérusalem, les autorités israéliennes s’en prennent une fois de plus aux organisations qui protègent les droits de la société civile palestinienne dans son ensemble.

Ces ONG palestiniennes de défense des droits humains font l’objet d’un très large soutien en France et dans l’ensemble de l’Union européenne. L’Association France Palestine Solidarité assure à nouveau ces ONG, qui sont ses amies et partenaires, de toute sa solidarité. Elles avaient été désignées arbitrairement en octobre 2021 comme “organisations terroristes” et déclarées comme des “associations illégales ” selon les ordres militaires israéliens. Depuis, les autorités israéliennes ont lamentablement échoué à apporter la moindre preuve à leurs assertions.

Ainsi, le 12 juillet, les porte-parole des ministères des affaires étrangères de Belgique, du Danemark, de France, d’Allemagne, d’Irlande, d’Italie, d’Espagne, de Suède et des Pays-Bas avaient publié une déclaration commune en soutien aux six organisations. La déclaration rejette la désignation par Israël des six comme “organisations terroristes” et déclare qu’”aucune information substantielle n’a été reçue d’Israël qui justifierait la révision de notre politique envers les six ONG palestiniennes”. La déclaration réaffirme en outre que les neuf États membres de l’UE continueront à coopérer et à soutenir la société civile palestinienne, notamment pour son rôle indispensable dans la promotion des valeurs démocratiques.

Cette déclaration restait cependant dramatiquement insuffisante. Avec ses partenaires palestiniens, français et européens, l’Association France Palestine Solidarité a, depuis le début, demandé aux autorités françaises et européennes de condamner les décisions israéliennes concernant ces ONG et de mettre en place les pressions nécessaires pour qu’Israël revienne sur ces décisions.

Les organisations palestiniennes de défense des droits humains, leurs dirigeant⸱e⸱s, leurs militant⸱e⸱s, leurs locaux doivent être protégés afin qu’elles puissent accomplir leur mission, qui est absolument essentielle pour la défense de la population palestinienne et l’avancement de la cause du droit dans les instances internationales. Dans un immense élan de solidarité, la population palestinienne a entrepris de rouvrir les bureaux de ces ONG qui avaient été fermés par l’occupant. Mais les forces d’occupation peuvent revenir à tout moment.

L’heure n’est plus aux déclarations en demi-teinte. Il faut de toute urgence que la France et l’Union européenne condamnent de la manière la plus nette les exactions israéliennes contre les ONG palestiniennes, et exigent l’annulation immédiate des décrets gouvernementaux et des ordres militaires qui les visent depuis octobre 2021

C’est le rôle de la France et de l’Union européenne de prendre toutes les mesures de rétorsions nécessaires à l’encontre du gouvernement israélien afin qu’il mette un terme à une politique digne des États les plus totalitaires. De la même manière qu’elles doivent exiger la libération immédiate de Salah Hamouri.

Publicité
Publicité
Publicité

Le Bureau national de l’AFPS

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Les ONG palestiniennes devraient d’abord demander la démocratie et la liberté. Ou alors ce ne sont pas des ONG.

    Je me suis laissé dire que sous l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, et surtout à Gaza, des groupes corrompus ou armés, ou les deux, empêchaient la population de s’exprimer. Et que tout le monde doit marcher du même pied. Qui croit que des groupes armés pourraient tolérer des opinions libres ??

    Pourquoi ne pas laisser se créer des médias libres qui pourraient refléter l’opinion publique de gens qui ne peuvent jamais s’exprimer ? Et aider à l’assainissement de la situation en Palestine. Car les groupes armés n’ont aucun intérêt à ce que les choses aillent mieux : ils vivent de la guerre.

    Je sûr que le Hamas et le Djihad islamique, ou même l’Autorité palestinienne, conscients de leurs erreurs passées, se repentiront et organiseront des élections libres, après avoir bien sûr autorisé et encouragé des médias libres, permettant aux citoyens de réfléchir, afin de se préparer à voter.

    Bien sûr je rêve…

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Chiens errants au Maroc : des solutions pour lutter contre ce problème de salubrité publique

Algérie : des liens militaires toujours plus forts avec Moscou