in

Algérie: campagne contre le hijab “branchée”

Le "hijab" n'est plus ce qu'il était se désolent les conservateurs et les islamistes algériens qui n'apprécient pas la manière dont les jeunes filles adaptent l'accoutrement dit islamique. Le hijab "strict" est toujours là, le hijab "radical" avec niqab couvrant le visage a fait des incursions, mais des variantes plus "in" du hijab se sont développées dans de nombreux pays arabes et musulmans. Chez les jeunes filles, la tendance la plus en vogue est de se couvrir la tête tout en portant des jeans ou des fuseaux. Ce sont ces jeunes filles qui restent "branchées" tout en portant le hijab qui suscitent le courroux des conservateurs et des islamistes. Elles sont accusée de "subvertir" le vêtement islamique ou de le "vider" de son contenu.

Ce hijab new-look qualifié de "hijab moutabaraj" (qui dévoile) serait encore plus "tentateur" en direction des mâles que l'absence de hijab. Le thème est d'ailleurs récurrent dans certaines mosquées dont les imams ne peuvent pas s'empêcher de parler des femmes chaque vendredi.

Dans son édition d'aujourd'hui, le journal Echourouk se fait l'écho et le porte-voix d'une "campagne de rectification" dans les universités, les écoles et les entreprises menée contre le "hidjab dévoilé" (Motabarij) qui, selon ses initiateurs, est entrain de "détruire la pudeur en Algérie".
Des Fitna sur terre!
Dans un long article, le journal s'interroge sur la "licéité religieuse" de ce hidjab new wave qui se répand parmi "nos jeunes filles". Il y répond rapidement : cet habit n'a rien à voir avec le "vrai hijab". Bref, cet habit qui consiste à mettre un foulard sur la tête avec en "bas" une jupe, un jean ou un "fuseau moulant" horrifie les conservateurs et les islamistes en général. Comble du scandale, s'indigne Echourouk, les "cabarets sont pleins de celles qui s'habillent ainsi"…
Le journal évoque une dizaine de campagnes menées dans les universités algériennes pour combattre ce "hidjab moderne" qui fait des jeunes filles "des fitna (séditions) marchant sur terre se drapant d'habits étroits, moulants et aguichants". Ces jeunes filles, vitupère le journal, "portent atteinte à la crédibilité de cet habit islamique en le transformant en simple fichu couvrant les cheveux, sans plus".
Echourouk apporte en général un soutien médiatique à ces campagnes. Ce fut le cas en mai 2013 pour la campagne intitulée "ils ont dit, laisse tomber le hijab" menée par les étudiants islamistes de l'Ugel à l'université de Bab Ezzouar. La campagne a été justifiée par l'approche de l'été qui incite "au dénudement et à la dissolution morale au sein de l'enceinte universitaire".

Bilan de la campagne : 50 étudiantes ont rejoint la "pudeur" et ont reçu un "hidjab de haute qualité en cadeau de leur décision". En 2013, il faisait état d’un sondage, réalisé par l'UGEL, où 70% des 1000 étudiantes sondées, disent avoir "reporté" le port du hidjab jusqu'au mariage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un animateur québécois reçoit un blâme pour un reportage à Gaza (vidéo)

Ennahdha, une histoire tunisienne (documentaire Arte)