in

Aïd al-Adha en Inde : un musulman remet l’argent économisé pour l’achat d’une chèvre aux victimes des inondations

Dans le nord de l’Inde, au cœur de la localité d’Agra où se dresse fièrement le majestueux Taj Mahal, un petit cordonnier musulman a eu les honneurs de la presse locale pour sa manière originale, voire quelque peu iconoclaste, de célébrer la grande fête de l’Aïd al-Adha.

Bouleversé par les inondations dantesques qui ont endeuillé l’Etat du Kerala, Gulchaman Sherwani, ce fervent patriote qui ne s’en cache pas, a décidé de rompre avec le rituel sacrificiel d’un animal, en l’occurrence une chèvre, pour proposer une variante dont il espère qu’elle fera des émules.

Derrière les murs de sa maison reconnaissable entre mille, entièrement habillée aux couleurs de l’étendard indien, ce dernier a sacrifié à la tradition pour la bonne cause.

Après avoir concerté les siens, il a choisi de faire don de la somme économisée pour l’achat d’une chèvre aux milliers de familles sinistrées du Kerala. A la place, il a fêté dignement l’Aïd en découpant un gâteau joliment décoré, personnalisé avec le dessin d’une chèvre. Une cerise sur le gâteau qui s’imposait…

Publicité

Heureux que sa famille ait approuvé, sans la moindre objection, sa célébration unique de l’Aïd al-Adha, Gulchaman Sherwani s’est dit comblé de bonheur devant la presse. Cet artisan indien de confession musulmane, dont l’attachement à son pays s’affiche au grand jour, s’est en effet réjoui d’avoir pris des libertés avec un rite millénaire sans rien renier des prescriptions islamiques, qui enjoignent de faire le bien autour de soi en ce jour mémorable.

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Misère dans la pensée économique

Air France et British Airways ne voleront plus vers l’Iran