in ,

Aïcha Dalal, la mascotte voilée du club de football de Manchester City

Elle s’appelle Aïcha Dalal, et elle a des étoiles plein les yeux à l’évocation du grand moment de sa jeune existence, le 26 août dernier, lorsqu’elle fit une entrée très remarquée sur la pelouse de Manchester City aux côtés de Yaya Touré, l’une des superstars de la Premier League, dont elle tenait fièrement la main, rayonnante sous son hijab inédit et inoubliable.

Le visage de la toute jeune fille, native de la cité industrielle de Blackburn, s’illumine en repensant à cette fabuleuse journée qui a fait date dans les annales footballistiques de l’autre côté de la Manche, et se fend d’un large sourire en songeant à son nouveau statut de mascotte voilée du prestigieux Club de Manchester City qui l’a hissée sur un piédestal aussi honorifique qu’inattendu.

Ce fut une expérience magnifique et surréaliste pour moi. J’ai vraiment apprécié la journée“, s’enthousiasme-t-elle avec une spontanéité pleine de fraîcheur dans une interview au Lancashire Telegraph, pleinement consciente de la grande chance qui lui a été offerte de pouvoir côtoyer des virtuoses du ballon rond, extrêmement accessibles et bienveillants à son égard, et de créer l’événement dans un stade qui avait les yeux rivés sur elle.

Les joueurs étaient très sympa et nous ont accueillis chaleureusement. On se sentait comme à la maison”, a raconté Aïcha Dalal qui n’était pas seule dans cette merveilleuse aventure, puisque son jeune frère Khalil, féru de football, avait eu, lui, le privilège d’accompagner sur le terrain son joueur préféré : Samir Nasri.

Nous avons été chanceux d’avoir été autorisés à choisir nos joueurs.Yaya était très gentil avec moi et m’a demandé si j’étais nerveuse. Je lui ai dit un peu. Il m’a aussitôt rassurée et je lui ai souhaité bonne chance“, a confié la jeune fille, qui était aux anges en marchant main dans la main avec Yaya Touré, ce joueur musulman de talent et d’une grande piété.

Le souvenir de ce jour incroyable, où elle a réussi le tour de force de voler la vedette aux champions que les aficionados du ballon rond étaient venus acclamer, restera gravé en elle, Aïcha Dalal reconnaît avoir eu le trac avant de pénétrer sur le terrain, mais sans être terrassée par la peur d’affronter les regards parée de son voile bleu azur, résolument confiante dans sa foi, ses valeurs et ses choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Californian Muslims remporte le 1er prix du meilleur film documentaire à Kazan (vidéo)

Hantés par la guerre, les habitants de Gaza veulent reconstruire