in

Abdullah Hammoud, l’incarnation de la nouvelle génération d’Américains arabes engagés en politique

Quand il évoque sa victoire, acquise de haute lutte, au scrutin législatif qui s’est déroulé en avril dernier dans l’Etat du Michigan, Abdullah Hammoud, 25 ans, le brillant étudiant en santé publique mué en député démocrate très prometteur, se souvient des cris enthousiastes qui saluèrent son entrée dans le club libanais de la localité de Dearborn, et des larmes de joie qui coulaient sur les joues de sa mère et de ses proches à l’annonce du verdict des urnes.

Ce jeune américain, fier de ses racines libanaises et très attaché à sa ville natale dont il défend, avec passion, les intérêts sous la coupole du Capitole depuis près de quatre mois, garde encore en mémoire la stupeur de ses trois rivaux locaux, aguerris et déjà rompus à l’exercice du pouvoir, quand ils apprirent leur revers cuisant.

Il n’a rien oublié non plus – et comment le pourrait-il ? – de l’instant poignant où, devant ses plus fervents supporters, il a rendu hommage à son frère Ali, disparu trop tôt, dix mois avant sa consécration politique. L’émotion l’étreint, quand il prononce à nouveau la phrase qui bouleversa l’assistance au soir de son triomphe électoral « Nous l’avons fait pour Dearborn, nous l’avons fait pour Ali », après que sa mère, émue aux larmes, l’ait tendrement enlacé.

Abdullah Hammoud dans les bras de sa mère

Le souvenir de ses sympathisants en liesse ne s’effacera jamais, tant il leur est reconnaissant d’avoir cru en lui, malgré sa jeunesse et son inexpérience, ainsi que dans sa vision de l’avenir qu’il aspire à rendre meilleur en agissant sur tous les fronts.

L’éducation, les transports en commun, la lutte contre l’abus de drogues et la toxicomanie, la réduction des préjugés, l’éradication des discriminations et du racisme, la feuille de route de Abdullah Hammoud est chargée, mais l’ancien activiste communautaire, loué pour son altruisme et respecté pour sa volonté de fer, entend bien prendre à bras-le-corps toutes ces questions cruciales.

Parmi ses soutiens de la première heure, Suhaib Al-Hanooti lui voue une admiration sans borne, renforcée par son « incroyable » succès électoral, décelant en lui  l'incarnation d'une nouvelle génération d’Américains arabes, politiquement actifs, dans laquelle il place de grands espoirs. «  La victoire d’Abdullah a rejailli sur l’ensemble de la communauté arabo-musulmane locale qui est plus soudée que jamais » s’est-il exclamé, avant de vanter les qualités humaines du député fraîchement élu de Dearborn : «  Il est jeune, talentueux, énergique, et surtout, depuis son enfance, il s’est dévoué sans compter pour sa communauté avec gentillesse, sincérité et abnégation ».  

Pleinement habité par la fonction, faite de devoirs et de responsabilités, Abdullah Hammoud a, gravé dans sa mémoire, le moment magique où son nom a remporté les suffrages, et dans son cœur, le visage de sa mère passant du rire aux larmes au milieu de ses électeurs qui l’acclamaient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le CFCM porte plainte contre le tweet islamophobe de l’élue Arielle François

Le double discours de N. Kosciusko-Morizet sur le centre islamique de Longjumeau