in

300 bouchers adoptent le label “sans Halal” lancé par une association islamophobe

Rien que son appellation est tout un programme, l’association « Vigilance Halal » fleure une islamophobie du terroir, sur laquelle flotte un parfum d’extrême droite pestilentiel.

Depuis son émergence fracassante en 2012 dans une certaine France cocardière et revancharde, qui appelait à trinquer contre la présence musulmane lors d’apéros saucisson/pinard aux relents nauséabonds, Vigilance Halal et les semeurs de troubles qui la dirigent frappent toujours plus fort contre l’abattage rituel, exclusivement Halal cela va sans dire, à grand renfort d’actions de communication retentissantes.

Loin d’avoir réfréné leurs ardeurs, la douche froide que représente la défaite cuisante de Marine Le Pen à l’élection suprême semble, au contraire, les avoir remis en selle sur leur fougueux cheval de bataille, criant avec la même hargne à « l’islamisation de la France » devant des Quick Halal ou au « complot » face à l’absence d’obligation légale d’étiqueter la viande Halal. « On nous le cache parce que l’Etat, l’industrie et l’Islam se sont mis d’accord. Pour des raisons économiques, la France ferme les yeux et finance la religion musulmane et le terrorisme, en connaissance de cause », tempête Lou Mantély, le porte-parole de l’association en proie à une conspirationnite aiguë…

Fondée par Alain de Peretti (photo ci-dessous), un vétérinaire au beau pedigree qui a nagé dans les eaux troubles du Front national, siégeant sous ses couleurs au Conseil régional de Gironde en 1998, avant de frayer avec les nazillons du Bloc Identitaire Aquitaine et de se muer en chroniqueur pour les fanatiques laïcards de Riposte Laïque, Vigilance Halal est repartie de plus belle dans sa croisade islamophobe fiévreuse en brandissant son nouvel oriflamme : le label « viande de tradition française » estampillé 100% nationalisme pur et dur.

Ultra-médiatisé par des ultras qui agitent frénétiquement le chiffon rouge devant la viande Halal, ce label a fait l’objet d’une grande campagne marketing en 2016, offensive et ciblée,  auprès de plus de 5 000 bouchers artisanaux afin de les convaincre de l’adopter pour mieux « lutter contre le communautarisme », exclusivement musulman cela va de soi…

« Notre but, c’est que le non halal devienne un argument commercial. Ça incitera les abattoirs à faire de moins en moins d’abattage rituel », clame haut et fort Lou Mantély, tandis que Alain de Peretti, l’agité du bocal en chef, bat le rappel des troupes sur le Net pour « mettre la pression aux artisans » via la bonne vieille méthode du porte-à-porte.

Ce sont plus de 300 bouchers de France et de Navarre qui auraient succombé aux sirènes de la croisade anti-islam livrée sans relâche par un vétérinaire, sous couvert de défendre la cause animale, et qui auraient signé la fameuse charte par laquelle ils s’engagent à ne fournir que de la viande garantie non Halal. C’est en tout cas ce que prétend le site de l’association Vigilance Halal, qui crie déjà victoire en songeant aux 300 autocollants « viande de tradition française » qui vont fleurir sur les vitrines des boucheries ralliées à sa cause.

Dans la France de Macron qui promet de privilégier la réconciliation à la division, Vigilance Halal, qui menace de s’immiscer dans la sphère politique pour étendre son pouvoir de nuisance et accentuer son forcing, aura-t-elle de l’avenir ?

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. En île de France, 100% de la viande abattue est halal/casher mais pas 100% de celle vendue en magasin qui peut venir d’ailleurs.
    Car les 4 abattoirs (le cinquième traite du porc donc non halal/casher par définition) ont fait un choix économique de n’avoir qu’une seule procédure d’abattage et que les coûts pour garantir que le Halal et le non Halal ne se croisent pas à un moment de la production sont importants.
    Mais on ne l’étiquette que partiellement pour des raisons commerciales.

    Le marché de la viande en France étant très fort tournés à l’export, il y a énormément d’abattoirs Halal en France pour fournir les pays étrangers Halal.

    Maintenant est-ce qu’une viande abattue Halal mais d’un animal mal nourri, mal traité, dopé est vraiment Halal au sens spirituel “de la nourriture qui doit respecter le corps , création de Dieu”… c’est un autre débat… Est-ce que la bénédiction halal peut nettoyer l’impureté ?

    On retombe dans les “apparences comme preuve de la piété” …

    • bravo, chapi ! le halal sans respect de l’animal, c’est du vide, du néant, comme le trou dans lequel divague notre oumma, qui se soucie comme d’un sacro saint, de l’étiquette “halal” mais qui ne s’arrête pas devant toutes les injustices qui assaillent les vivants, humains, animaux et végétaux

  2. Grand bien leur fasse, cela permettra, ainsi, d’acheter leur viande chez des bouchers musulmans, donc leur argent profitera à leurs coreligionnaires !!! Ce sera hallal mohallal !

  3. Comment nier la réalité de la souffrance inutile d’un animal égorgé sans étourdissement ? En quoi est-ce une nécessité, selon quels textes précis, alors qu’évidemment à l’origine de la religion musulmane on ignorait les procédés d’étourdissement et que l’on peut très bien égorger rituellement un animal décérébré. Dans un abattoir que je connais bien d’ailleurs, lorsque l’abatteur officiel halal n’est pas là, l’employé musulman qui le remplace prend sur lui d’égorger ainsi après étourdissement.
    Procéder officiellement et systématiquement ainsi serait la meilleure manière de couper l’herbe sous les pieds des islamophobes.

  4. Dans la mesure ou la France, qui rappelons-le est un pays de tradition judéo-chrétienne, avec une population musulmane minoritaire, il est donc normal de pouvoir avec transparence et clarté, s’approvisionner en viande.
    C’est donc le travail fourni par Vigilance Halal, qui démontre aussi que l’abattage rituel peut être à l’origine de problèmes sanitaires.
    Il y a souvent des contagions avec certaines souches d’E. coli qui peuvent être pathogènes, entraînant alors des gastro-entérites, infections urinaires, méningites, ou sepsis.
    Escherichia coli, également appelée colibacille et abrégée en E. coli, est une bactérie intestinale (Gram négatif) des Mammifères.

    Sachant aussi que la plupart du temps, le fait que l’abattage rituel se répand à vitesse grand V pour des raisons assez obscures au final et que les Français, chrétiens ou non, ne souhaitent pas consommer de la viande halal, (ce qui est mon cas et celui de beaucoup d’autres consommateurs), quelle solution reste t’il pour acheter avec sûreté de la viande, sans courir de risques.
    Car tout comme un musulman se sent souillé en mangeant du porc ou de la viande non halal, mes concitoyens ne veulent pas consommer de viande dont l’animal a été égorgé.
    Chacun ses rites et ses coutumes, et le respect doit être réciproque.
    Vigilance Halal remplit une mission qui vous déplait et que vous interprétez comme étant exclusivement islamophobe, mais ce n’est qu’une façon de court circuiter ou de limiter une filière d’abattage qui devient trop prégnante et qui présente des risques d’hygiène.
    Les enfants et les personnes âgées sont plus vulnérables à certains germes contenus dans la viande.
    Enfin, la souffrance animale, il faut en parler car des cadences infernales et une forte demande n’encourage pas le respect dû aux bêtes.
    En ce qui me concerne, j’ai détourné ce phénomène assez nouveau depuis une petite dizaine d’années, je ne consomme pratiquement plus de viande rouge et compense autrement pour les protéines.
    Bien cordialement.

  5. Le ton ironique et condescendant de l’auteur de l’article ferait il oublier qu’en France l’étourdissement est obligatoire et que le hallal fait contourner la loi pour des raisons religieuses et pragmatiques, s’imposant à la majorité des consommateurs? Donnez l’exemple de ce que vous attendez des autres: le respect de la différence.

  6. on a vu ce qui se passe dans les abattoirs dits non hallal : un massacre
    les neuneus fhaine peuvent sortir un tas de connerie
    le jour ou ces bouchers auront des clients de plus en plus musulmans ils vont se la fermer par appat du gain tout simplement

    • et bien, détrompez-vous, une grande partie des abattoirs épinglés par L124, pour grave maltraitance et souffrances sur animaux, étaient justement des abattoirs pour du bio halal………..
      Et puis, dans la mesure ou les abattoirs en France, alors que c’est en principe interdit ou fait sur dérogation expresse pour la fin du Ramadan, il est de plus en plus constater ces méthodes barbares et illégales au final, que penser des propos de simple bon sens et de rappel à la loi de tous les partisans du non abattage rituel (Fhaine comme vous dites inclus).
      Le parti de la haine n’est pas toujours là ou on croit bon de la placer!
      Et que dire sur justement la discrimination lorsque les autorités refusent l’étiquetage du mode d’abattage qui serait stigmatisant et obligent le consommateur non musulman à consommer halal ?
      Et pour finir, ne pas oublier que, récemment le samedi 27 mai, trois tonnes de viande halal avariée avaient été saisies sur un marché, à Nantes. Dans la presse subventionnée, pas une seule fois le mot « halal » n’a été rédigé et cela signe de l’omerta qui règne, en cette période de ramadan – propice pourtant à ce que des consommateurs musulmans non avertis soient intoxiqués lourdement.
      Avis aussi à nos compatriotes musulmans qui veulent rester en bonne santé et ne pas terminer à l’hôpital, à cause des graves dégâts sanitaires dus à l’escherichia coli.
      En effet, en ce moment se tient le procès pour le petit Nolan, 8 ans, en fauteuil roulant à cause des lésions ayant lourdement limité ses capacités motrices et mentales, car en juin 2011, l’Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais avait alerté sur des cas d’intoxications alimentaires à une souche spécifique de la bactérie E. coli, 0157H7, particulièrement nocive.
      Cordialement.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“Misère(s) de l’islam de France”

Trump en Arabie saoudite : entre promotion de “sa vision pacifique de l’islam” et négociation de gros contrats d’armement