in

300 bouchers adoptent le label « sans Halal » lancé par une association islamophobe

Rien que son appellation est tout un programme, l’association « Vigilance Halal » fleure une islamophobie du terroir, sur laquelle flotte un parfum d’extrême droite pestilentiel.
Depuis son émergence fracassante en 2012 dans une certaine France cocardière et revancharde, qui appelait à trinquer contre la présence musulmane lors d’apéros saucisson/pinard aux relents nauséabonds, Vigilance Halal et les semeurs de troubles qui la dirigent frappent toujours plus fort contre l’abattage rituel, exclusivement Halal cela va sans dire, à grand renfort d’actions de communication retentissantes.
Loin d’avoir réfréné leurs ardeurs, la douche froide que représente la défaite cuisante de Marine Le Pen à l’élection suprême semble, au contraire, les avoir remis en selle sur leur fougueux cheval de bataille, criant avec la même hargne à « l’islamisation de la France » devant des Quick Halal ou au « complot » face à l’absence d’obligation légale d’étiqueter la viande Halal. « On nous le cache parce que l’Etat, l’industrie et l’Islam se sont mis d’accord. Pour des raisons économiques, la France ferme les yeux et finance la religion musulmane et le terrorisme, en connaissance de cause », tempête Lou Mantély, le porte-parole de l’association en proie à une conspirationnite aiguë…
Fondée par Alain de Peretti (photo ci-dessous), un vétérinaire au beau pedigree qui a nagé dans les eaux troubles du Front national, siégeant sous ses couleurs au Conseil régional de Gironde en 1998, avant de frayer avec les nazillons du Bloc Identitaire Aquitaine et de se muer en chroniqueur pour les fanatiques laïcards de Riposte Laïque, Vigilance Halal est repartie de plus belle dans sa croisade islamophobe fiévreuse en brandissant son nouvel oriflamme : le label « viande de tradition française » estampillé 100% nationalisme pur et dur.

Ultra-médiatisé par des ultras qui agitent frénétiquement le chiffon rouge devant la viande Halal, ce label a fait l’objet d’une grande campagne marketing en 2016, offensive et ciblée,  auprès de plus de 5 000 bouchers artisanaux afin de les convaincre de l’adopter pour mieux « lutter contre le communautarisme », exclusivement musulman cela va de soi…
« Notre but, c’est que le non halal devienne un argument commercial. Ça incitera les abattoirs à faire de moins en moins d’abattage rituel », clame haut et fort Lou Mantély, tandis que Alain de Peretti, l’agité du bocal en chef, bat le rappel des troupes sur le Net pour « mettre la pression aux artisans » via la bonne vieille méthode du porte-à-porte.
Ce sont plus de 300 bouchers de France et de Navarre qui auraient succombé aux sirènes de la croisade anti-islam livrée sans relâche par un vétérinaire, sous couvert de défendre la cause animale, et qui auraient signé la fameuse charte par laquelle ils s’engagent à ne fournir que de la viande garantie non Halal. C’est en tout cas ce que prétend le site de l’association Vigilance Halal, qui crie déjà victoire en songeant aux 300 autocollants « viande de tradition française » qui vont fleurir sur les vitrines des boucheries ralliées à sa cause.
Dans la France de Macron qui promet de privilégier la réconciliation à la division, Vigilance Halal, qui menace de s’immiscer dans la sphère politique pour étendre son pouvoir de nuisance et accentuer son forcing, aura-t-elle de l’avenir ?

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

« Misère(s) de l’islam de France »

Trump en Arabie saoudite : entre promotion de « sa vision pacifique de l’islam » et négociation de gros contrats d’armement