in

20 photos fascinantes des musulmans de Russie en 1910

Remonter le temps jusqu’en 1909, à travers des photos fascinantes et techniquement impressionnantes qui ont figé à jamais la réalité des musulmans d’Asie Centrale, alors partie de l’Empire Russe, c’est à cette belle invitation au voyage, d’une valeur historique inestimable, que nous convie une exposition dédiée à l’œuvre artistique du photographe Sergei Prokudin-Gorski.

Entre 1909 et 1912, ce chasseur d’images se vit confier l’insigne mission de réaliser un relevé photographique de l’Empire russe, avec l’assentiment du tsar Nicolas II. Son regard fut captivé par ces terres musulmanes, hauts lieux de l’enseignement et de l’érudition islamiques, où vécurent et officièrent les imams Bukhari et Tirmidhi.

Dans l’objectif curieux et plein d’humanité de son appareil photo à la pointe de la technique pour l’époque – spécialement conçu pour capturer trois images en noir et blanc à la suite, à l’aide de filtres rouges, verts et bleus, leur permettant d’être projetées avec des lanternes filtrées afin d’obtenir plus tard de la couleur – Sergei Prokudin-Gorski a signé une série de prises de vue de haute qualité, saisissantes de vérité, qui feraient presque oublier qu’elles ont plus de cent ans !

Un petit garçon assis dans la cour de la mosquée Tillia-Kari de Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Un homme et une femme de Daghestan posant ensemble 

Des nomades Kirghiz sur la Steppe Golodnaia (actuels Ouzbékistan et Kazakhstan).

Isfandiyar Jurji Bahadur Khan du protectorat russe de Khorezm (Khiva, maintenant une partie de l’Ouzbékistan moderne) posant à l’extérieur, avec l’uniforme d’apparat.

Un groupe de femmes en costume traditionnel du Daghestan.

L’émir de Boukhara, Alim Khan (1880-1944), pose solennellement en 1911. En tant que dirigeant d’une ville-état islamique autonome en Asie centrale, celui-ci a présidé aux destinées de son émirat en monarque absolu, bien que, depuis le milieu des années 1800, Boukhara était un état vassal de l’Empire russe. Avec l’établissement du pouvoir soviétique à Boukhara en 1920, l’émir a dû fuir en Afghanistan, où il mourut en 1944.

 

Une femme Sart à Samarkand, en Ouzbékistan. Jusqu’à la révolution russe de 1917, “Sart” était le nom des Ouzbeks vivant au Kazakhstan.

Une maison de kebab à Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Deux prisonniers enchaînés

Un porteur d’eau à Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Un homme âgé dans la rigueur hivernale.

Un haut fonctionnaire à Boukhara

Un marchand de tissus à Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Un vendeur de fruits dans son étal au marché

Un berger près d’une colline du Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Deux hommes assis dans une mosquée de Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Des élèves avec leur professeur dans une médersa (école religieuse) à Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Des élèves à l’extérieur de leur médersa à Samarkand (Ouzbékistan actuel)

Un professeur de religion avec ses deux filles

Des fidèles devant une mosquée de Samarkand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La pauvreté, un point de vue musulman

L’émir Abd el Kader à Amboise, le prisonnier tant aimé (vidéo)