in

120 savants musulmans s’insurgent contre “l’Etat islamique”, le Coran à l’appui

L’appellation usurpée d’ « État islamique » devrait être proscrite car c’est lui faire trop d'honneur, plus de 120 savants musulmans disséminés sur les cinq continents se sont fédérés pour réfuter en bloc la dénomination et l’idéologie mortifère du califat autoproclamé. C’est point par point, sources scripturaires à l’appui, qu’ils ont porté la contradiction étayée, ferme et solennelle comme la plus imparable des parades religieuses.

"Il est interdit dans l’Islam de torturer", ou encore "Il est interdit dans l'Islam d'attribuer des actes blâmables à Dieu", les saines interdictions prônées par la religion musulmane s’égrènent au fil des 18 pages qui composent une longue lettre en arabe riche d'enseignements, mûrie et rédigée telle une réhabilitation salvatrice de l’islam odieusement dévoyé.

Publié le 24 septembre, ce rappel théologique urgent et vibrant, signé par de hauts dignitaires religieux, ainsi que par des universitaires de renom, dont le Cheikh Chawki Allam, le grand mufti d'Egypte, et le cheikh Muhammad Ahmad Hussein, le mufti de Jérusalem et de toute la Palestine, rétablit la vérité en s’appuyant sur le Saint Coran pour prouver, de manière éclatante et irréfutable, la dénaturation infâme de ses préceptes par le Daesh qui n’a d’égal que sa monstruosité.

Dans sa version anglaise vulgarisée et parue à Washington, qui a été remaniée par Nihad Awad, directeur exécutif de l’association des relations américano-islamiques CAIR, afin d’être compréhensible par tous, musulmans comme non-musulmans, et validée par 10 autres homologues américains, tous chapeautant d’influentes organisations des droits civils et religieux, ce démenti cinglant qui démontre toute la fausseté et la nuisance de l’idéologie prônée par les « djihadistes » du mal, s’est décliné précisément, en 24 points essentiels.

"Il est interdit dans l'islam de tuer des émissaires, des ambassadeurs et des diplomates; par conséquent, il est interdit de tuer les journalistes et les travailleurs humanitaires", stipule la lettre.  "Le Jihad dans l'Islam est la guerre défensive. Il n'est pas autorisé sans la bonne cause, le droit objectif et sans les bonnes règles de conduite", est-il écrit noir sur blanc, et de poursuivre en substance : "Il est interdit dans l'islam de nuire ou de maltraiter  des chrétiens ou des gens du Livre. La réintroduction de l'esclavage est interdite dans l'Islam. Il a été aboli par un consensus universel. Il est interdit dans l'islam de forcer les gens à se convertir".

Les interdits islamiques, éclairant l’islam de son humanisme intrinsèque, s’enchaînent page après page, jusqu’à cette exigence finale qui appelle à déchoir de son titre et piédestal illégitimes un « Etat Islamique » qui ne représente que lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La maire UMP de Montauban défend les «Montalbanais de souche» (vidéo)

Hommage à Hervé Gourdel: discours de Dalil Boubakeur (vidéo)