in

Nogent : Un Coran dans une voiture déclenche une descente de… démineurs

A quoi mesure-t-on l’islamo-paranoïa qui s’est emparée de l’Hexagone depuis les attentats de début janvier et le travail de sape des grands pourfendeurs de l’islam qui, sans discontinuer depuis plus d’une décennie, attisent les peurs les plus irrationnelles ?

A la panique provoquée par la simple présence d’un exemplaire du Coran dans une voiture, elle-même garée, en toute légalité, à proximité de la synagogue de Nogent, chez des soldats qui lundi 28 septembre, en fin d’après-midi, assuraient la sécurité aux abords du lieu de culte juif.

Intrigués par ce véhicule qui stationnait là depuis le matin même, la suspicion de ces militaires a rapidement laissé place à l’affolement en apercevant sur le siège passager avant le Livre Saint de l’islam. Ni une ni deux, la police a été immédiatement appelée à la rescousse, laquelle a dépêché sur place une équipe de démineurs. Pour neutraliser quoi, au juste ?

Rien, le néant absolu, le Coran découvert dans une voiture qui avait le seul tort d’être garée un peu trop près d’une synagogue n’ayant rien d’explosif !! Bien que ne pouvant pas être taxé de stationnement sauvage, le véhicule considéré quand même comme gênant a été déplacé par une dépanneuse, par « mesure de sécurité », nous dit-on.

Depuis le 11 septembre, on savait que la seule vue d’un passager lisant le Coran à bord d’un avion, américain notamment, pouvait entraîner son débarquement manu militari, mais on n’avait encore jamais vu un Coran être pris pour une bombe à retardement ou une arme de destruction massive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tourcoing : brûlé au visage par du gaz lacrymogène, Nabil Zane porte plainte contre la police

Comment une bagarre entre filles a été transformée en une agression d’une française en bikini par 5 musulmanes intégristes