in

100 personnalités marocaines contre la discrimination des femmes dans l’héritage

Jugée archaïque et discriminatoire envers les femmes, la règle successorale du ta’sib, inscrite dans le Code marocain de la famille, fait aujourd’hui l’objet d’une pétition au Maroc, appelant à ce qu’elle tombe en désuétude.

Parmi ses signataires figure une centaine de personnalités marocaines dont des anciens ministres, des auteurs, des universitaires, des journalistes, des chercheurs en pensée islamique, des artistes, des militants associatifs, ou encore des membres de la société civile engagés dans les droits humains, tous revendiquant d’une seule et même voix l’abrogation d’une loi considérée comme totalement inadaptée à l’époque actuelle.

En effet, cette règle oblige les héritières n’ayant pas de frère à partager leurs biens avec des parents masculins du défunt, même éloignés (oncles, cousins, etc.).

Le ta’sib ne correspond plus au fonctionnement de la famille marocaine et au contexte social actuel, il précarise les femmes les plus pauvres, il oblige de nombreux parents à céder leurs biens, de leur vivant, à leurs filles, et enfin, il est un pur produit du fiqh et n’obéit pas à un commandement divin“, explique le collectif dans un communiqué.

Les quinze premiers signataires font partie des auteurs de L’héritage des Femmes, un ouvrage collectif et multidisciplinaire sur la problématique de l’héritage au Maroc, publié récemment en français, arabe, et anglais. Il s’agit de Siham Benchekroun, médecin et écrivaine, la juriste Malika Benradi, Nadia Charkaoui, chercheure en sciences des religions et dans les questions féminines en islam, Fatiha Daoudi, juriste et politiste, Hakima Fassi Fihri, juriste, Youssef Kellam, chercheur en pensée islamique et en religions comparées, Khalil Jamal, sociologue, Asma Lamrabet, médecin et essayiste, Mohamed Mouaqit, politiste, Mourji Fouzi, professeur, Saadia Radi, anthropologue, Abdelouahab Rafiki, théologien, chercheur, AlJarrari AlHassan Rhou, professeur de l’enseignement supérieur, Zakaria Rhani, anthropologue et biologiste et Merieme Yafout, politologue et sociologue.

La pétition est également ouverte à d’autres signatures sur la plateforme Avaaz.org, en français et en arabe.

29 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Je vous donne un résumé en matière héritage.

    Il n y a q’une seule et unique différence entre l’homme et la femme :

    Un garçon peut faire barrage pour lui et ses sœurs contre toute personne extérieure à la famille.
    C’est pour cela que les gens riches souhaitent toujours avoir un garçon parmi leur enfants. Le garçon est la seule garantie que l’héritage soit partagé uniquement entre les enfants.

  2. Ces femmes ont raison;
    Aucun verset du Coran ne dit que lorsque quelqu’un meurt et ne laisse ni frère ni soeur, le neveu doit devenir l’un de ses héritier ou son cousin, ou son cousin éloigné, ou son cousin encore plus éloigné dont on n’a jamais vu la gueule des fois, etc…
    Ils nous font rentrer des cousins dans la succession et font que des femmes perdent des fois la maison familiale et se retrouvent dehors ou presque, parce qu’un “mâle” (ou un mal?) qui n’a aucune pudeur veut sa part d’héritage d’un oncle ou d’un cousin dont des fois il se foutait royalement quand il était en vie!!!
    D’ailleurs, je crois que chez les Chiites cette pratique n’existe pas!!

  3. Ces femmes ont raison; Aucun verset du Coran ne dit que lorsque quelqu’un meurt et ne laisse ni frère ni soeur, le neveu doit devenir l’un de ses héritier ou son cousin, ou son cousin éloigné, ou son cousin encore plus éloigné dont on n’a jamais vu la gueule des fois, etc…
    Ils nous font rentrer des cousins dans la succession et font que des femmes perdent des fois la maison familiale et se retrouvent dehors ou presque, parce qu’un “mâle” (ou un mal?) qui n’a aucune pudeur veut sa part d’héritage d’un oncle ou d’un cousin dont des fois il se foutait royalement quand il était en vie!!!

  4. Salem. Alikoum , El mirath c est Allah 3azawajel qui là décrété nul Homme ne peut le remettre en question. Sobhanalah wa bi hamdih.

    • Et MachaaAllah 3lik, où est le verset qui dit que quand une personne meurt si elle n’a pas de frères et/ou soeurs c’est le neveu ou le cousin qui doivent l’hériter?????????

      • cousin et neveu ne sont pas spécifiquement cités mais englobés dans le mot وَالْأَقْرَبُونَ qui signifie parent au sens large/ proche de la famille comme par exemple dans Sourate 4 versets 7 et 8
        :Aux hommes revient une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les proches; et aux femmes une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les proches, que ce soit peu ou beaucoup: une part fixée. Et lorsque les proches parents, les orphelins, les nécessiteux assistent au partage, offrez-leur quelque chose de l’héritage, et parlez-leur convenablement.

    • Justement. Appliquez le Coran alors qui a bien fait des recommandations au sujet de l’héritage hommes et femmes et le minimum pour chacune suivant les cas( épouse, mère, soeur, cousine et tantes) et non les règles du fikh( jurisprudence qui est une création humaine par des juristes musulmans) qui a verrouillé la base minimum cité dans le Coran comme le MAXIMUM à appliquer pour l’éternité.

  5. Il s’agit de croire ou de ne pas croire.

    En matière héritage, la femme obtient parfois moins que l’homme et parfois plus.
    Il s’agit de savoir de quel homme et de quelle femme il s’agit.
    En Islam, il n y a pas le droit d’aînesse.

    La nuit est plus longue en hivers et la journée en été, il n y a que deux jours dans l’année ou la nuit a le même temps que la journée.
    Ces gens veulent 365 jours copies conformes. Que la terre soit figée à l’équinoxe.

    • La nuit est plus longue en hiver et la journée en été lorsqu’on s’éloigne de l’équateur sinon c’est à peu prés pareil, or l’Islam est une religion du juste milieu et plutôt égalitariste.

    • Dans quel cas précis “en Islam”, ou dans quel pays où l’Islam domine socialement, la femme est-elle favorisée au cours d’un héritage.
      Je veux dire favorisée officiellement.
      Partout, Islam ou pas Islam, il est toujours possible de favoriser une fille officieusement avec des espèces ou des cadeaux discrets ….. je parle de favoritisme éventuel par la loi.

      • Légalement, quand on est une femme on peut hériter plus qu’un homme. je vous donne un exemple concret: quand mon beau père est décédé ma belle mère a hérité sa part légale qui est le huitième de ce qu’il a laissé. en suite ses en fants , 6 garçons et 3 filles se sont partagés le reste suivant la regle coranique 2 part pour le gardon une part pour les fille.( qui le minimum syndical)
        Supposons que l’héritage est une somme d’argent de 100 euro. La part de l’ épouse est le huitième soit 12,5 euro. le reste 87,5 euro est à partager en 15 part egale soit 5,83 euro la part( puisque 6×2 =12 + 3= 15 6 garcons compte le double des 3 filles)
        Donc la part du garcon c’est 2 x 5,83 soit 11 ,66 euro
        la part de la fille est de 5, 83 euro

        En conséquence l’épouse a hérité le plus ….

      • كمن ماتت وتركت زوجًا وأُمًّا وأخًّا لأم فإن الأم نصيبها الثلث بينما نصيب الأخ لأم السدس أي أن الأم وهي امرأة أخذت ضعف الأخ لأم وهو رجل،

        كما أنها تساويه في بعض المسائل كمن ماتت وتركت زوجًا وأُمًّا فإن نصيب الزوج نصف التركة ونصيب الأم النصف الآخر فرضًا وردًا،

      • quand vous êtes l’ épouse’ du défunt ou sa mère.
        Relisez la sourate les femmes. c’est très clairement exposé. Remarquez, dans le Coran c’est le minimum pour faire hériter les filles et les femmes( le fameux houdoud à ne pas transgresser) on peut avoir plus . ce n’est pas interdit . Mais, les hommes dans la société patriarcale et machiste, ont oublié le Coran et établit un fikh qui lèse les femmes….

      • Une femme décédée qui laisse son mari , la mère de la défunte et son oncle maternel, la mère aura le tier et l’oncle le sixième. La femme a le double de l’homme.

        Une femme décédée qui laisse un mari et sa belle mère. Le mari et la belle partage l’héritage à égalité moitie moitie.

        La part “deux ties” est la plus grande part citée dans le coran ,c’est une part qui ne peut être que feminine, et aucun homme n’a droit à cette part.

        Une femme décédée qui laisse deux filles et un frère. Les deux filles un tier chacune et le frère le tier restant

        • Oui. Tout à fait. Il y a aussi le cas où un homme décède et laisse son épouse et ses deux filles. Pas de fils mais un frère. Voici la répartition: A l’épouse le 1/8 de l’héritage, aux deux filles les 2/3 et au frère le reste ( un peu moins que le 1/3)

    • Mais ça n’a rien à voir puisque c’est un pur produit du Fiqh et n’a aucun fondement coranique ou de la sunnah.
      Le fiqh est appelé à évoluer et est variable en fonction du contexte, de la géographie, des cultures et usages etc … l’essentiel est que l’intérêt des musulmans soit la finalité.
      Je salue cette remise en question et espère la voir s’étendre.
      A ceux qui croient être la crème de l’humanité et penser que la femme musulmane attend leur démocratie et liberté souvent emballées dans des bombes, vous avez là un bel exemple de femmes instruites, respectables, dynamiques qui font grandir la société et les hommes.
      Je rappelle seulement que Marie-Curie n’avait pas le droit de voter alors que la femme turque votait déjà!!!
      Le chemin est encore long, rien n’est parfait mais rien non plus n’est figé et que chacun voit devant sa porte et garde ses déchets pour soi! si on est incapable de travailler ensemble tout en ayant une vue horizontale de l’homme.

      • Sourate la nuit verset 1,2,3,4.
        Les femmes ont manifesté à Tunis contre l’égalité des deux sexes, et quand je leur ai donné mon avis elles m’ont donné raison.
        Alors faites moi grâce des diplômes et des hommes instruits,

        De nos jours, un fakih ,pour être crédible, il faut qu’il soit autonome financièrement et ne pas dépendre de l’état providence. Ces gens sont pour la plupart en prison ou exilés.
        De nos jour on a emprisonné le fikh, dans tous les pays arabes et on ramène des guignoles pour parler du fikh.

        N’importe quel homme occidental nouveau convertis à l’Islam vous dira la même chose, parce qu’il est né libre et il pense libre.

        Un homme libre qui devient musulman est mille fois mieux qu’un musulman qui a vécu esclave du dicta humain, comme moi d’ailleurs, sauf que moi je suis conscient.

      • “Je rappelle seulement que Marie-Curie n’avait pas le droit de voter alors que la femme turque votait déjà!!!”

        Elle était bien la seule dans le monde musulman…

        • Et c’est parce que Ata Turq a essayé de fuir la mentalité islamiste. Il voulait occidentaliser son pays. Et le sortir de son retard où le plongeait l’islam.

          • ATATURK veut dire le père des turques; comme ça tu dormiras un peu moins bête.
            Mustapha Kamel n’a rien fait pour son pays à part rassurer les occidentaux, veillez à ce que le khilafa ne se relève plus.
            Il a tellement occidentalisé la turquie qu’il l’a soumise à une dictature qui a duré des décinies et à un pays qui n’a d’utilité que pour l’OTAN.
            Merci aux nouveaux dirigeants qui en 25 ans ont su transformer le visage de la turquie et la mettre sur la carte du monde .
            Je sais que tu souffres à l’idée que les turques soient déterminés à être indépendants et souverains.
            La force selon vous signifie domination et affaiblissement de l’autre et sur ce plan même les animaux sauvage sont plus civilisés que vous.
            Autrement, as-tu répondu à ta question: qu’est ce que la france a été foutre en Lybie? ou bien c’est trop dérangeant pour votre majesté

    • Ah, ah, Water, tu es impayable !

      Si ton héritage te passait sous le nez au profit de gens lointains, on t’entendrait crier.

      Les femmes comme les hommes héritent de leurs parents, à part égale, c’est tout.

      Et qu’on laisse enfin de côté toutes ces lois faites par des hommes et pour les hommes. Nous sommes en 2018, plus en 632 dans les sables des tribus bédouines.
      Le monde a changé, et il va, l’insolent, continuer de changer…

      • Mon père décédé il y a trés longtemps, mes oncles et mes tantes avaient droit , mais il ont tous renoncé à leur droit.
        Le droit est une constante dans le coran,
        Chacun est libre de faire ce qu’il veut avec son droit.

        L’homme veut faire de la vie une fin en soi. La volonté d’Allah n’a pas été selon la passion des hommes. Les juifs en savent plus que moi.

        • Mais de nos jours en France vous pouvez prendre l héritage ou ne pas le prendre. Ou bien faire un don. C’est la loi des hommes. Quand à la loi venu d Arabie, je connais pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nicolas Sarkozy mis en examen : que signifient les chefs d’inculpation ?

8 mois de prison pour Ahed Tamimi, icône de la lutte palestinienne