Un lieu de culte musulman souillé par le racisme primaire à Toul

Frappant à nouveau dans une mise en scène sacrilège, c’est cette fois-ci à Toul, dans la Meurthe-et-Mose

mercredi 19 août 2009

Frappant à nouveau dans une mise en scène sacrilège, c’est cette fois-ci à Toul, dans la Meurthe-et-Moselle, que le racisme anti-musulman le plus primaire a trouvé à déverser sa haine et sa rancœur de l’islam, en glaçant d’effroi une communauté musulmane locale qui a découvert mercredi matin son lieu de culte entièrement souillé.

Une tête de porc accrochée sur la poignée de la porte, des pieds de cochons sur les volets, des croix gammées, des sigles SS et autres insultes xénophobes recouvrant l’ensemble du complexe dédié à la prière et à l’enseignement, cette nouvelle scénographie de l’épouvante, inspirée par l’approche du Ramadan et stimulée par le climat délétère ambiant, ne poursuit qu’un seul but : profaner pour affaiblir.

Diligentée sur le champ par le procureur de Nancy, l’énième enquête que l’on promet en l’occurrence à l’association socio-culturelle des Maghrébins toulois en charge de ce lieu de culte depuis vingt ans, rejoindra-t-elle la longue liste des préjudices anti-musulmans non résolus ?

Il est certes de bon ton pour la secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité et surtout conseillère régionale UMP pour la région Lorraine, Nadine Morano, de se fendre d’un communiqué soulignant sa « consternation » face aux dégradations commises.

A cette rituelle langue de bois politicienne qui se voile la face sur ses propres responsabilités et graves manquements, nous préférerions pourtant de loin un électrochoc gouvernemental sur les dégâts irréversibles causés par le prisme national des préjugés envers l’islam, aujourd’hui dangereusement exacerbés par le débat faussé sur le voile intégral.

Publicité

commentaires