Un enlèvement et un chantage odieux que tous les musulmans du monde doivent condamner sans condition

L’enlèvement des journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot est déjà, en soi, un acte

dimanche 29 août 2004

L’enlèvement des journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot est déjà, en soi, un acte inacceptable et contraire à tous les principes de l’islam et des droits humains quelle que soit la situation politique en Irak. En temps de guerre comme en temps de paix, on ne peut accepter que des journalistes, dont le but est de transmettre l’information, soient pris pour cibles par l’une ou l’autre des parties ou utilisés à des fins de propagandes. Toutes les prises d’otages doivent sans la moindre équivoque être condamnées par les musulmans, les organisations islamiques et les ulémas.

Après l’odieux assassinat du journaliste italien Enzo Baldoni, il convient de dire avec force et détermination que ces actions et ces ultimatums sont une absolue trahison des principes de la religion musulmane à l’unanimité des écoles de droit et de pensée. Il faut exiger de l’armée islamique d’Irak qu’elle libère immédiatement et sans condition les deux journalistes français. Il est urgent que les musulmans s’expriment avec force et fassent entendre raison aux membres de l’armée islamique d’Irak.

Les institutions et les musulmans de France sont concernés au premier chef. C’est à eux de rappeler que, citoyens d’un pays démocratique, ils discutent les politiques et les lois dans le cadre d’une Constitution et d’une République qui permet le débat dans le respect de l’Etat de droit. Quelle que soit leur opinion sur la « loi sur les signes religieux », ils doivent affirmer que seul le dialogue ouvert et démocratique, respectueux des institutions, peut être envisagé dans le traitement des affaires concernant les musulmans de France. Ils doivent appeler le gouvernement français à ne pas céder à cet odieux chantage et offrir leur concours, sans ménager aucun moyen, pour trouver une solution à cette horrible affaire. Un appel fort, uni et déterminé, de l’ensemble des organisations islamiques de France devrait être transmis sans délai aux preneurs d’otages afin de mettre un terme à leur ultimatum et libérer les deux journalistes.

La dignité des musulmans du monde dépendra, pour aujourd’hui et pour l’avenir, de la l’énergie et de la capacité que les femmes et les hommes de même que les organisations et les ulémas déploieront pour dénoncer les actes ignobles régulièrement perpétrés au nom de leur religion par des individus et des groupes qui trahissent les valeurs et le message islamiques qu’ils affirment défendre ou représenter.

Notre condamnation est sans appel et nous invitons le gouvernement français à ne pas céder à cet odieux chantage. Il est par ailleurs important que les autorités françaises mettent tout en œuvre pour que les preneurs d’otage entendent raison et qu’elles s’appuient, de façon visible, sur l’engagement actif des institutions et organisations islamiques françaises et internationales. C’est ce message que doivent entendre les membres de l’armée islamique d’Irak : « les musulmans de France ne vous soutiennent pas et condamnent votre action ».

Publicité

commentaires