Un élu UMP de Lyon boycotte la grande soirée d’Iftar de la mairie

La classe politique est un miroir sans tain des contradictions passionnelles qui traversent notre pays dès lo

mercredi 16 septembre 2009

La classe politique est un miroir sans tain des contradictions passionnelles qui traversent notre pays dès lors qu’il est question d’islam, renvoyant un masque grimaçant d’attitudes, soit condescendantes, soit hostiles.

L’UMP, pétrie de paradoxes en son sein, remporte actuellement la palme des gestes symboliques discordants qui, à force de s’opposer sur la question sensible de la place accordée à la deuxième religion de France, discréditent sa cohérence interne en la matière.

Alors que pris en flagrant délit de dérapage néo-colonialiste, le ministre de l’Intérieur se raccroche aux branches dans un périlleux volte-face empreint de contrition, martelant son engagement solennel contre l’islamophobie, alors qu’une majorité de députés UMP composent la mission d’information parlementaire sur le voile intégral, laissant le député des Yvelines, Jacques Myard, déverser son fiel sur l’islam en toute impunité, alors que Jean Sarkozy, le fils du président, loue les vertus du Ramadan dans la volonté d’incarner une nouvelle génération tournée vers le vivre-ensemble, un maire UMP du 2ème arrondissement de Lyon a choisi de boycotter la soirée de rupture du jeûne qui s’est tenue dans les salons de l’Hôtel de Ville de Lyon... Y a-t-il un pilote dans l’avion ??

Souhaitant faire un coup d’éclat qui le ferait passer de l’ombre à la lumière, Denis Broliquier s’est fendu d’un communiqué de presse pour pointer du doigt le fameux dangereux mélange des genres que la France laïque abhorre : la " confusion entre politique et religieux".

« En vertu de la laïcité inscrite dans notre constitution, les pratiques religieuses quelles qu’elles soient n’ont pas leur place à l’Hôtel de Ville. Or, le repas de rupture du jeûne constitue un temps fort d’un des cinq piliers de l’Islam : le Ramadan. Comment pourrait-on le dissocier d’une pratique religieuse », clame cet élu de la base, dont la rébellion survient à un bien étrange moment…

Publicité

commentaires