Un conseil municipal Danois crée l’événement en accueillant la première femme voilée

Sale temps pour les islamophobes de tous bords qui brocardent les femmes voilées à tout vent ! Après le s

jeudi 23 avril 2009

Sale temps pour les islamophobes de tous bords qui brocardent les femmes voilées à tout vent !

Après le signal fort envoyé par Barack Obama à l’ensemble des puissances occidentales en nommant la première femme voilée à la Maison Blanche, c’est au tour de la vieille Europe de faire preuve de la même volonté d’ouverture, en l’occurrence de la ville d’Odense (île de Fionie) au Danemark.

Jouissant déjà à 27 ans d’une vraie notoriété nationale, Asmaa Abdol-Hamid, une danoise d’origine palestinienne peut se targuer d’entrer par la grande porte dans les annales de l’histoire politique locale, en devenant la première femme musulmane voilée membre d’un conseil municipal.

Suppléante d’une conseillère sur la liste de l’Unité (extrême gauche), sa présence mercredi soir à une réunion du bureau municipal de la troisième ville du royaume scandinave a suscité l’engouement de tous les médias nationaux, qui en ont vite perçu la dimension hautement emblématique.

« Je voudrais qu’on me juge sur ce que j’ai dans la tête et non sur la tête, pour la politique que je défends, mes opinions et non sur ce que je porte ou comment je salue » a affirmé avec détermination celle qui s’était déjà illustrée en 2006 à la télévision, en étant la première présentatrice revêtue du voile islamique dans des émissions sur les violentes manifestations contre le Danemark dans le monde musulman, consécutives à la parution des caricatures blasphématoires du Prophète (PBSL) dans le quotidien danois Jyllands-Posten.

Habituée des effets de surprise et des bourrasques médiatiques, Asmaa Abdol-Hamid s’est fait connaître en assumant son statut de femme voilée, un choix courageux qui lui a valu 500 voix sur son nom aux élections municipales de 2005, la propulsant au poste de première suppléante pour son parti.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, la jeune danoise est également suppléante pour le député de son parti, Johanne Schmidt-Nielsen, un positionnement idéal qui pourrait lui permettre de franchir un jour le seuil de l’hémicycle de l’assemblée nationale. Une perspective qui fait frémir les rangs parlementaires, suscitant un vrai tollé au sein de l’extrême-droite.

Selon un observateur avisé de l’arène politique danoise, Peter Seeberg, l’implication d’Asmaa Abdol-Hamid sur le devant de la scène publique aura des répercussions nationales majeures : « Elle influera sur le débat sur le foulard islamique, car nous avons maintenant un exemple d’une femme musulmane voilée faisant partie d’une assemblée élue, montrant ainsi que les choses évoluent dans la société danoise », a-t-il confié sur le site du quotidien régional Fyens Stifstidende.

Publicité

commentaires