Un candidat FN « musulman et nationaliste » menacé d’expulsion par son parti

Drôle d’endroit pour une rencontre avec un musulman… C’est la réflexion que nous inspire la présence

vendredi 18 mars 2011

Un candidat FN « musulman et nationaliste » menacé d’expulsion par son parti

Drôle d’endroit pour une rencontre avec un musulman… C’est la réflexion que nous inspire la présence insolite, proche de l’anomalie, de Marcel Collot, « musulman et nationaliste », et fier de l’être, au sein de la Fédération FN du Bas-Rhin.

Fraîchement encarté, et déjà en course pour briguer un siège de conseiller général à Strasbourg, Marcel Collot, converti à l’islam en épousant une algérienne en secondes noces, a beau faire de ses spécificités un atout pour justifier son ralliement frontiste, déclarant à qui veut l’entendre que le FN n’est ni "mieux ou pire qu’un autre parti, il est juste plus proche de mon côté nationaliste, français et fier de l’être", certains paradoxes n’ont pas tardé à le rattraper, à le dépasser, et même à le placer dans le collimateur du secrétaire départemental du FN.

Dans un article des Dernières Nouvelles d’Alsace, la nouvelle figure pittoresque du FN déplorait "que les résidents étrangers n’aient pas le droit de vote en France alors qu’ils ont le devoir fiscal". Branle bas de combat au QG du parti, la menace d’exclusion se profilant aussitôt dans un ciel ombragé, tandis que Marcel Collot criait à la « cabale contre lui », ses « propos ayant été déformés » par la journaliste, cette dernière réfutant cette accusation.

Réaffirmant sa foi dans le nationalisme Lepéniste en dépit de cet épisode explosif, le discours de Marcel Collot qui prêche en faveur des mosquées, des centres culturels..., bref de la dignité des musulmans, n’en reste pas moins détonnant face aux habituels coups de semonce racistes de la dame de fer qui préside désormais aux destinées de l’extrême-droite française.

A l’heure où la compatibilité de l’islam fait débat, à tout bout de champ, et à tout propos, quelle est donc l’alchimie mystérieuse qui a donné lieu à cette adéquation, certes isolée, et des plus antinomiques, avec l’impensable ?

Publicité

commentaires