in

Le frontiste Alexandre Simonnot dénonce la “surmédiatisation du Ramadan’

La célébration du Ramadan commence à peine que déjà des homélies moralisatrices se font stridentes comme pour mieux rompre l’harmonie de ce mois unique, drapées dans un nationalisme qui fait feu de tout bois, en ne respectant aucune trêve, pas même la plus sacrée, et surtout si elle est islamique.

Qui peut être assez retors pour jouer les pères la morale en soufflant sur les braises d’une guerre de religions, qui peut être assez perfide pour prétendre incarner les valeurs républicaines en jetant à la vindicte les musulmans de France pendant l’accomplissement d’un des cinq piliers essentiels de leur religion ?

Le FN, bien sûr ! Cette extrême droite qui ne dit pas son nom et sur laquelle plane le spectre du néo-fascisme et de l’intégrisme chrétien, dont Alexandre Simonnot, secrétaire départemental du Val d’Oise, est un des dignes représentants, en mal de notoriété.

Sous son étendard, la France aux Français et aux chrétiens, celui qui cherche à se faire un nom a enfourché son destrier de croisé en criant à la surmédiatisation du Ramadan ! On reconnaît bien là la roublardise du frontisme !  

"Comme chaque année, alors que le Carême est volontairement et totalement passé sous silence dans l’actualité, le Ramadan qui débute aujourd’hui est annoncé en boucle dans tous les médias. L’islam est-il devenu religion d’État en France ?", fulmine ce dernier dans un communiqué incendiaire. Le ton de l’offensive est donné.

"Cette surmédiatisation du Ramadan, loin d’être le fruit du hasard, s’inscrit dans un processus toujours plus croissant de déchristianisation-islamisation de notre société, tout cela, bien sûr, au nom de la «laïcité positive»", poursuit-il,  alignant les mots comme s’il dégoupillait ses grenades.

Mais à qui la faute si le Ramadan est devenu le sujet-marronnier des salles de rédaction ? Certainement pas aux musulmans qui, en ce mois béni de retour à l’essentiel, s’attachent à privilégier une proximité lumineuse avec le Très-Haut, et non pas une surexposition médiatique pour le moins antinomique avec leur quête intime, et qui plus est aux redoutables effets pervers.

"Cette «laïcité positive» qui permet la multiplication des mosquées-cathédrales et l'occupation illégale de rues par des musulmans pour y prier, qui supprime le porc dans certaines cantines et impose progressivement la viande halal partout, qui hurle lorsque des tombes et édifices musulmans sont profanés, mais qui se tait immédiatement lorsque de mêmes exactions frappent les autres religions !" invective de plus belle Alexandre Simonnot, lequel, en bon populiste, n’est pas avare de clichés dévastateurs, qui sont d’autant plus vivaces que le FN se fait fort de les réactiver sans répit.

Braquer les projecteurs sur soi pour dénoncer la surmédiatisation de la deuxième religion de France, ne serait-ce pas là un fléau autrement plus maléfique qui mine déjà notre société : la lepénisation immorale, insolente et tentaculaire des esprits !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Moncef Marzouki, à Marseille, a appelé de ses voeux l’extradition de Ben Ali

Plus d’alcool à bord de Tunisair pendant le Ramadan