in

Moncef Marzouki, à Marseille, a appelé de ses voeux l’extradition de Ben Ali

Après Paris, le président tunisien Moncef Marzouki a fait escale jeudi à Marseille, dans le cadre de sa première grande tournée diplomatique en France. Allant à la rencontre de la communauté musulmane locale, il a alors réitéré son souhait d'infléchir la décision de l'Arabie Saoudite et d'obtenir l’extradition de l’ex-despote déchu Ben Ali, lequel a été récemment condamné à perpétuité  par coutumace, par un tribunal militaire tunisien.

Enchaînant les rencontres officielles, Moncef Marzouki a été reçu par le sénateur-maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin et le président de la Région PS Michel Vauzelle (voir photo ci-dessus), afin de nouer des partenariats économiques et culturels, et s'est entretenu avec des entrepreneurs du domaine du prêt-à-porter qui font fabriquer en Tunisie, entre autres décideurs économiques.

Dans un entretien accordé au quotidien La Provence, Moncef Marzouki a été très ferme au sujet de Ben Ali, tout en martelant qu’il n’y a pas antinomie entre l’islam, la démocratie et le droit des femmes, en réponse à l'inévitable question sur sa gouvernance sous l'hégémonie d'Ennahda : "Tant qu'il n'aura pas été jugé en Tunisie, notre révolution sera incomplète (il porte à son revers le badge de Ouerghi, un martyre de Bizerte). L'Arabie Saoudite nous parle de devoir d'hospitalité. Ce devoir s'arrête quand il concerne un assassin et un voleur. J'ai demandé à François Hollande de nous faire profiter de l'expertise de la France sur la traque de l'argent caché", a-t-il déclaré.

Interrogé sur le tourisme, Moncef Marzouki s’est félicité d’un taux de fréquentation qui égale celui de 2010, tout en développant sa propre vision de ce secteur clé, essentiel au redressement économique du pays : "Une chose est sûre, je ne veux plus du tourisme bas de gamme, au rabais. Il ne faut plus venir bronzer idiot en Tunisie. Nous voulons développer un tourisme économique, culturel, médical, écologique dans des régions délaissées. Tout sauf le tourisme sexuel contre lequel je lutte avec férocité", a insisté ce dernier.

Vidéo d'ambiance : le bain de foule de Moncef Marzouki dans la cité phocéenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour l’écrivaine Nancy Huston, le voile n’est pas synonyme d’aliénation

Le frontiste Alexandre Simonnot dénonce la “surmédiatisation du Ramadan’