Rencontre entre des représentants du CCIF et M. Omur ORHUN, le représentant personnel de la présidence de l’OSCE

Le représentant personnel de la présidence de l’OSCE (Organisation pour la sécurit&

par

lundi 5 septembre 2005

Le représentant personnel de la présidence de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) contre l’intolérance et les discriminations envers les musulmans a souhaité rencontrer le CCIF dans le cadre d’une tournée en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord.

M. Omur ORHUN nous a présenté l’objet de sa mission et nous a demandé d’exposer notre vision de la situation en ce qui concerne la France ainsi que les mesures susceptibles d’être engagées afin de répondre à l’islamophobie.

Le CCIF a surtout mis l’accent sur les discriminations dont font l’objet les musulmans et particulièrement les femmes dans les administrations de l’Etat. Nous avons rappelé que les services publics, loin d’être un exemple en matière de traitement égalitaire de tous les citoyens, étaient, pour plus de la moitié des cas constatés, à l’origine des discriminations islamophobes. En changeant leurs comportements, ces mêmes services apporteraient une réponse adéquate à la lutte contre l’islamophobie.

Dans ce sens, notre rapport sur l’islamophobie, ainsi qu’une liste de recommandations écrites ont été remises à M. l’ambassadeur qui a promis d’en faire le meilleur usage.

Pour sa part, M. Omur ORHUN, qui a également rencontré la présidente du HCI (Haut Conseil à l’Intégration), Blandine Kriegel, la vice-présidente de la HALDE, Marie-Thérèse Boisseau, le président de la CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme), Joël Thoraval, nous a vivement conseillé de nous rapprocher de ces instances. Tout en précisant que nous souhaitions travailler avec l’ensemble des individus ou institutions désirant lutter concrètement contre l’islamophobie, nous n’avons pas manqué de rappeler que certaines de ces institutions ne reconnaissaient pas l’islamophobie, et qu’elles comptaient en leur sein même des islamophobes déclarés. Il nous paraît évidemment difficile de lutter contre l’islamophobie si on ne la reconnaît pas ou que l’on déclare publiquement être un islamophobe.

Ce n’est pas la première fois que le CCIF rencontre ou travaille en collaboration sur les questions d’islamophobie avec des organisations européennes et internationales. C’est pour nous un honneur, et par ailleurs un gage de notre sérieux dans la mesure où certaines nous considèrent comme leur interlocuteur privilégié sur les questions d’islamophobie en France. Nous ne pouvons pas en dire autant de l’administration de notre pays et particulièrement du gouvernement qui fait preuve de mauvaise volonté sur ces questions. Nous sommes très inquiets d’une telle attitude qui laisse penser que le gouvernement ignore ce fléau qui touche les citoyens musulmans, et laisse ainsi s’envenimer une situation qui perdure depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) http://www.islamophobie.net

Publicité

Auteur : le CCIF

Collectif Contre l'Islamophobie en France

commentaires